Goto main content

3 ans après le séisme HI poursuit son aide aux victimes

Inclusion Réadaptation
Népal

Il y a trois ans, la terre tremble au Népal. Plus de 8 000 personnes perdent la vie, et plus de 22 000 autres sont blessées. HI, présente sur place, intervient immédiatement auprès des personnes affectées, et vient en aide à plus de 15 000 personnes.

Nishan, 13 ans, vit à l'est du Népal (près de Biratnagar).

© Prasiit Sthapit/HI

Intervention d’urgence

25 avril 2015. La terre tremble au Népal. Plus de 8 000 personnes perdent la vie, et plus de 22 000 autres sont blessées. Ramesh, 20 ans, témoigne :

« J’étais dans le petit hôtel où je travaillais. Je me suis retrouvé écrasé sous les pierres. Je suis resté là au moins une heure, conscient, dans la douleur. Plus tard, j’ai dû être amputé. Je voulais devenir quelqu’un de bien. Après l’accident, je me suis dit que je ne pouvais plus rien devenir ».


HI est venue en aide à de nombreuses personnes qui, comme Ramesh, ont été victimes du séisme. L’association a mené plus de 34 000 séances de réadaptation et de soutien psychologique auprès de plus de 15 000 personnes et a fourni 6 300 prothèses, orthèses, etc. aux personnes blessées. HI a également distribué plus de 4 300 kits comprenant des tentes, kits de cuisine, kits d’hygiène, couvertures, etc., auprès de plus de 2 200 familles. HI a aussi géré le stockage et le transport de plus de 5 400 tonnes de matériel humanitaire dans les villages reculés. Plus de 1 500 ménages affectés par le séisme ont reçu un soutien financier pour relancer une activité professionnelle (élevage de chèvres, petit magasin, etc.). De plus, durant l’hiver 2015, l’association a distribué des vêtements chauds, des couvertures, des bâches, etc. à plus de 9 000 personnes fragilisées suite au séisme.

Enfin, l’association a aussi permis aux personnes les plus fragiles d’avoir accès aux services humanitaires (éducation, soins de santé, etc.) des autres organisations, et a sensibilisé plus de 3 000 personnes afin qu’ils tiennent compte des personnes les plus fragiles dans la gestion des risques de catastrophes naturelles.


Aujourd’hui, HI compte une équipe de 70 personnes au Népal. L’association soutient notamment cinq centres de réadaptation dans le pays, aide les victimes du séisme à retrouver une nouvelle activité professionnelle, assure l’accès à l’école pour les enfants handicapés. HI aide également les victimes des inondations d’août 2017 à retrouver de nouveaux moyens de subsistance.

 


 
Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

La crise humanitaire s’aggrave dans la région du Tigré
© HI
Réadaptation Urgence

La crise humanitaire s’aggrave dans la région du Tigré

Plus d'un million de personnes en Éthiopie souffrent au milieu d'une crise violente. Les équipes de Humanité & Inclusion (HI) arrivent sur place pour apporter aide et soutien aux personnes les plus touchées.

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.

Accéder à l'éducation, contre vents et marées
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Accéder à l'éducation, contre vents et marées

Kassim Mohammed, 14 ans, est un réfugié somalien qui vit dans le camp de Dagahaley à Daadab, au Kenya. Sa vie quotidienne n'est pas toujours facile, mais Kassim est également confronté à une situation différente de celle des autres réfugiés de son âge, car il est malvoyant et souffre d'un handicap à une jambe ! Malgré cela, Kassim fait preuve de détermination et va tous les jours à l'école, où il est maintenant en septième année.