Go to main content

7 ans de conflit syrien : Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, HI condamne les bombardements continus

Mines et autres armes
Syrie

Un employé d'une organisation syrienne avec laquelle Humanité & Inclusion (HI) est associée a été tué hier. Mustafa, sa femme et leurs deux enfants - âgés de moins de 8 ans - ont été tués par des bombardements à Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale. À l'heure du septième anniversaire du conflit syrien, HI condamne une fois de plus les bombardements en zones peuplées et appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils.

«Des enfants syriens observent des débris autour d'un bâtiment détruit à Kafar Batna, dans l'enclave rebelle syrienne de la Ghouta orientale, le 1er mars 2018, à la suite de frappes aériennes signalées par les forces gouvernementales syriennes. "

«Des enfants syriens observent des débris autour d'un bâtiment détruit à Kafar Batna, dans l'enclave rebelle syrienne de la Ghouta orientale, le 1er mars 2018, à la suite de frappes aériennes signalées par les forces gouvernementales syriennes. " | © AFP PHOTO / AMER ALMOHIBANY

HI est profondément attristée par cette perte. Alors que la crise syrienne entre dans sa huitième année, sans aucune solution au conflit en vue, HI juge inacceptable que les civils en Syrie, y compris les travailleurs humanitaires, continuent d'être les cibles et les victimes des violences. Les frappes aériennes de grande ampleur qui visent la Ghouta orientale depuis le 18 février 2018 ont fait plus de 1,100+ morts et ont détruit d'innombrables infrastructures civiles, notamment des hôpitaux et des centres de santé. Dans le même temps, les bombardements et les tirs d'artillerie dans le centre de Damas ont fait des dizaines de victimes. Ces derniers mois, les offensives militaires accompagnées de frappes aériennes massives et de tirs d'artillerie ont tué des centaines de civils dans le gouvernorat d'Idlib, le gouvernorat de Rakka et le district d'Afrin.

Mustafa a travaillé comme chef d'équipe d'éducation aux risques pendant plus de deux ans. « L'équipe d'éducation aux risques visitait quotidiennement les quartiers jusqu'à ce que les bombardements de la Ghouta orientale s'intensifient en février 2018. L'escalade de violences a empêché l'équipe de faire son travail. Beaucoup de membres de l'équipe ont été déplacés de leurs propres maisons, car leurs villes devenaient de plus en plus exposées, et il devenait trop dangereux de se déplacer dans l'enclave tous les jours. HI appelle les parties au conflit en Syrie à cesser immédiatement l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées et à assurer une meilleure protection des travailleurs humanitaires. Des civils comme Mustafa et ses collègues sont les acteurs les plus efficaces pour répondre aux besoins humanitaires dans des conditions aussi terribles », déclare Anne Héry, directrice du plaidoyer à HI.

Dans les pays touchés par la crise syrienne, les équipes de HI peuvent témoigner de la souffrance et du traumatisme de la population syrienne, victime d'un conflit marqué par l'utilisation massive et répétée d'armes explosives. D'après une enquête de l'International NGO Safety Organization (INSO), 33 394 attaques comprenant des armes explosives ont été menées en 2017 en Syrie, soit 70 % des incidents signalés. Cela représente en moyenne 91 attaques par jour, sous la forme de bombardements ou de tirs d'artillerie.

Une canadienne sur le terrain

Basée à Amman, en Jordanie, Shirin Kiani travaille en tant que Coordonnatrice en inclusion pour la réponse de HI en Syrie. Avec des antécédents en ergothérapie et en santé publique, elle travaille avec les équipes de terrain pour s'assurer que les personnes handicapées et les personnes âgées aient accès aux programmes de subsistance et de rétablissement d’ONG plus traditionnelles. Elle a travaillé pour HI pendant 10 ans dans divers pays tels que : le Sri Lanka, le Népal, Haïti, l'Irak, le Laos et le Canada. Elle est spécialisée dans les domaines du handicap, du renforcement des systèmes de santé, des moyens de subsistance inclusifs et de l'inclusion sociale. Au Canada, c’est l’acteur Anthony Lemke qui agit en tant que porte-parole en matière d’armes explosives pour HI Canada.

1 million de signatures pour dire "STOP"

HI relance aujourd'hui sa campagne publique « Stop Bombing Civilians » contre le bombardement des populations civiles. Les bombardements et les pilonnages en zones peuplées, qui sont devenus courants dans les conflits actuels en Iraq, en Syrie et au Yémen, tuent et blessent à 92 % des civils. L'organisation demande au grand public de signer sa pétition internationale. Cette pétition, dont l'objectif consiste à recueillir 1 million de signatures, en compte déjà 390 000. Elle sera remise aux Nations unies et aux décideurs politiques en septembre 2018.

À propos de HI

HI, anciennement connue sous le nom de Handicap International, est une association de solidarité internationale indépendante qui intervient depuis 35 ans dans les situations de pauvreté et d'exclusion, de conflits et de catastrophes. Œuvrant aux côtés des personnes handicapées et vulnérabilisées, elle agit et témoigne pour répondre à leurs besoins essentiels et améliorer leurs conditions de vie. HI est l’une des six associations fondatrices de la Campagne internationale pour interdire les mines (ICBL), co-lauréate du prix Nobel de la paix en 1997 et lauréate du prix Conrad N. Hilton 2011. HI agit et témoigne partout où « vivre debout » ne va pas de soi.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Idleb – Le risque d’une catastrophe humanitaire Urgence

Idleb – Le risque d’une catastrophe humanitaire

Alors qu'une offensive militaire majeure est peut-être en préparation dans la région d'Idleb, HI appelle les parties au conflit à protéger les civils et à permettre un accès humanitaire total et sans entraves. 

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Mines et autres armes Prévention

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. HI protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015
© Z. Johnson / HI
Mines et autres armes

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de la convention, qui a été signée par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.