Goto main content
 
 

700 000 personnes ont déjà fui les bombardements en Ukraine

Mines et autres armes Urgence
Ukraine

Depuis le 24 février 2022 et le début d’un conflit militaire de grande ampleur en Ukraine, les villes du pays sont la cible de bombardements dévastateurs.

Un homme dégage les débris d'un bâtiment endommagé dans la rue Koshytsa, une banlieue de Kiev, où un obus militaire a frappé, le 25 février 2022.

Un homme dégage les débris d'un bâtiment endommagé dans la rue Koshytsa, une banlieue de Kiev, où un obus militaire a frappé, le 25 février 2022. | © AFP


Les bombardements et les pilonnages en Ukraine obligent des milliers de personnes à fuir

Les civils, premières victimes

Les bombardements et les pilonnages se poursuivent dans toute l'Ukraine depuis sept jours, détruisant de nombreuses infrastructures civiles, comme des maisons, des appartements, des bâtiments publics, des routes, etc. De nombreuses personnes ont été blessées ou tuées sans qu’un bilan exact puisse encore être établi. De nombreux rapports montrent que lorsqu'elles sont utilisées en zones peuplées, 90 % des victimes des armes explosives sont des civils. Des bombes à sous-munitions, une arme interdite par le traité d'Oslo, ont également été utilisées.

Au moins 12 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire immédiate, un chiffre qui sera certainement en hausse dans les prochains jours à cause de l'intensification des bombardements.

Déplacements massifs de populations

Les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées provoquent des déplacements massifs de population : plus de 700 000 personnes, principalement des femmes et des enfants, ont dû fuir pour se protéger. Environ 450 000 personnes ont trouvé refuge en Pologne, des dizaines de milliers d'autres en Roumanie, en Moldavie et en Slovaquie. Les familles peuvent attendre jusqu'à 60 heures à la frontière pour quitter l'Ukraine, dans des températures glaciales.

Ceux qui ne peuvent pas - ou ont peur de se déplacer dans cette situation si volatile -  se protègent dans des abris surpeuplés, en sous-sol, sans accès aux besoins de base tels que la nourriture ou des toilettes.

Avant le conflit, une grande partie de la population ukrainienne était déjà vulnérable : environ 30 % de la population est âgée de plus de 60 ans, présentant un taux élevé de maladies chroniques ; 13 % de la population vit avec un handicap. Ces personnes n'ont plus accès aux médicaments ou aux services essentiels à leur santé. Elles ont souvent plus de mal à trouver un abri pour se protéger en situation d’urgence.

Les marchés de la capitale Kiev ont rapidement été à court de produits ; l'argent liquide ne circule plus. Tout achat est devenu impossible.

HI évalue les besoins

HI a déployé deux équipes pour mener une mission d’évaluation en Ukraine et dans les pays voisins. L'objectif est d'évaluer le contexte et les besoins humanitaires afin de déterminer si et comment HI peut soutenir les personnes les plus vulnérables.

Les réponses de HI pourraient inclure la réadaptation post-opératoire, la distribution d'équipements paramédicaux et le soutien psychosocial. Les évaluations couvriront également les besoins en matière d'abris, de produits d'hygiène, de soutien logistique et d'inclusion des populations les plus vulnérables dans l'accès à l'aide.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Je ne me considère pas comme une victime »
© HI
Urgence

« Je ne me considère pas comme une victime »

Denys, habitant de Kiev et médiateur culturel de HI en Ukraine, partage son expérience de l’évacuation de sa famille lors du conflit armé.

Soutenir les personnes vulnérables et ceux qui les accueillent
© HI
Urgence

Soutenir les personnes vulnérables et ceux qui les accueillent

A l’est de l’Ukraine, des institutions accueillent des personnes vulnérables déplacées par la crise. Face aux besoins criants, le soutien de HI est essentiel pour les résidents et pour leurs aidants.

Les réfugiés sont en état de choc. Certains ne parlent pas pendant des jours.
© T.Nicholson / HI
Santé Urgence

Les réfugiés sont en état de choc. Certains ne parlent pas pendant des jours.

Caglar Tahiroglu, responsable de la santé mentale et du soutien psychosocial pour HI en Ukraine explique les besoins des personnes déplacées.