Accès direct au contenu

“Aujourd’hui, j’apprends vraiment”

Inclusion
Palestine

Sabir, atteint de paralysie cérébrale, se rend dans une école spécialisée partenaire de HI à Gaza (Territoires palestiniens).  

Sabir à son école, partenaire de HI

Sabir à son école, partenaire de HI | ©Oriane van den Broeck / HI

A Gaza, HI a mis en place un partenariat avec une école pour accueillir les enfants handicapés et leur permettre de recevoir une éducation adaptée. Sabir bénéficie de ce projet qui fait de lui un écolier comme les autres. 

Favoriser l’apprentissage des enfants handicapés 

Sabir a 15 ans. C’est un des ‘anciens’ de l’école. Il a été témoin des changements qui ont marqué son établissement. Les enseignants ont bénéficié de formations et ont appris à utiliser des outils pédagogiques, adaptés à l’apprentissage des enfants handicapés.

« Avant, on nous donnait des jouets et on était livrés à nous-mêmes. J’avais souvent l’impression de juste de passer le temps. Aujourd’hui, j’apprends vraiment. Je peux vraiment dire que les enseignants nous apprennent des choses »,

explique Sabir. 

Un plan d’éducation sur mesure pour chaque enfant 

Sabir suit un plan d’éducation sur mesure. Les enseignants et ses parents se sont réunis pour déterminer les objectifs d’apprentissage du garçon. « J’avais un peu peur. Ils m’ont tout de suite dit que j’allais devoir m’engager à apprendre. Mais, au final, tout s’est bien passé et aujourd’hui je sais lire et écrire », se réjouit Sabir. 

Se sentir libre 

Dans les écoles partenaires de HI, de nouvelles salles ont été ouvertes. Elles comprennent  un coin lecture, un coin marionnettes, des jeux et des vidéos éducatives : « Je me sens  libre dans cette école. Si je veux faire quelque chose d’autre, rejoindre le groupe de théâtre ou jouer d’un instrument par exemple, l’enseignante me le permettra. C’est ce que j’aime le plus ici : je suis libre de participer à ce que je veux », confie Sabir. 

Reprendre confiance en soi

HI a organisé des camps d’été pour tous élèves, handicapés ou non. L’objectif : offrir une opportunité d’intégration ludique à Sabir et ses amis. « J’ai pu rencontrer d’autres enfants. Je me suis vraiment amusé ! Il y avait plein d’activités : lecture d’histoires, théâtre, sport… et ce que je préfère, le chant et la musique », conclut Sabir.

Les enseignants confirment que cette première sortie scolaire à l’extérieur de l’établissement leur a laissé un souvenir inoubliable. 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les enfants réfugiés rohingyas handicapés se distinguent grâce au soutien de HI
© Nicolas Axelrod-Ruom /HI
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Les enfants réfugiés rohingyas handicapés se distinguent grâce au soutien de HI

« En voyant les autres enfants jouer et en faisant des exercices de stimulation, Zesmin a enfin appris à nous appeler papa et maman. » Les parents de Zesmin, des réfugiés rohingyas vivant au Bangladesh, ont vu leur fille atteinte de trisomie 21, qui avait des difficultés à se déplacer et à communiquer, devenir une petite fille joyeuse et pleine de vie. « Nous avons suivi à la lettre les conseils de Humanité & Inclusion (HI). Et les résultats sont impressionnants. »

La COVID-19 aggrave la misère des sans-abri
© HI
Inclusion Santé

La COVID-19 aggrave la misère des sans-abri

A Lomé, capitale du Togo, les restrictions liées à la COVID-19 ont aggravé les conditions de vie des sans-abri. Parmi eux, beaucoup d’enfants et de mères isolées. Humanité & Inclusion (HI) a organisé des maraudes pour leur venir en aide.

COVID-19 : « Ne laisser personne de côté »
© A. Surprenant/Collectif Item/HI
Inclusion Prévention

COVID-19 : « Ne laisser personne de côté »

Pays parmi les plus pauvres et déjà confronté à l'une des pires crises humanitaires au monde, la République Centrafricaine doit maintenant faire face à la pandémie de la COVID-19. Les équipes de Humanité & Inclusion (HI), sont investies pour que les personnes handicapées et les personnes vulnérables et à risque d’exclusion ne soient pas oubliées dans les actions de prévention face à l’épidémie.