Go to main content

Channa : un pas vers l’avenir

Cambodge

Un peu timide au début, le sourire de Channa, 8 ans, s’étire puis  vient illuminer son visage, laissant l’esprit joueur de la fillette apparaître. Mais entre deux rires, le sérieux reprend  facilement le dessus. C’est que la vie de la petite fille née avec une seule jambe, n’est pas un long fleuve tranquille… 

Channa (7 ans) est amputée congénitale. | © Lucas Veuve/Handicap International

Née prématurément, Channa pèse à peine plus d’un kilo lorsqu’elle vient au monde. Sa mère, Sokra, se souvient avec bonheur du moment où elle a découvert l’adorable visage de sa petite fille, puis du sentiment glaçant qui l’a envahie lorsqu’elle s’est rendue compte que son bébé était né avec sa jambe gauche presque détachée de son corps et des doigts malformés… Le médecin prend immédiatement la décision d’amputer la jambe du nouveau-né. La jeune maman, très choquée, se remet difficilement de cette cruelle épreuve.

Au fin fond de son village natal, Channa grandit sous les yeux de ses parents désarmés. Sokra surprotège sa fille et souffre en silence lorsque les enfants du voisinage font leurs premiers pas. Sa fille, elle, ne pourra jamais marcher. Puis un jour, tout change. « La première fois que l’agent social de Handicap International est venu m’expliquer qu’avec une prothèse, ma fille pourrait marcher, j’ai ressenti un immense soulagement. J’ai pensé que c’était merveilleux, que Channa pourrait avoir un avenir, elle aussi ! J’étais si triste de la voir se trainer par terre à l’âge où on apprend à marcher …», explique-t-elle. Channa, âgée d’un an et demi, apprend alors à faire quelques pas grâce à sa première prothèse.

Depuis, au fur et à mesure de sa croissance, Channa se rend régulièrement au centre d’appareillage géré par Handicap International à Kampong Cham pour y recevoir une nouvelle prothèse, adaptée à sa taille. Elle n’imagine pas sa vie sans cette fidèle compagne : « Je suis si contente d’avoir ma prothèse. Cela change ma vie. C’est grâce à elle que je marche et que je peux sauter à la corde ! »

© Lucas Veuve/Handicap International

« J’ai beaucoup d’amis »

La fillette et son petit frère vivent entourés de nombreux cousins. Scolarisée depuis deux ans, elle a  redoublé sa première année. En effet, l’apprentissage de l’écriture s’est avéré semé d’embûches à cause des malformations de ses doigts, mais Channa a persévéré et maîtrise enfin l’écriture ! L’épreuve la plus difficile fut cependant  celle de son intégration à l’école. « Quand j’ai commencé l’école, c’était difficile. Quelques élèves me battaient et se moquaient de moi. Je ne voulais plus y aller », nous confie-t-elle. « Je me taisais, c’est ma cousine qui a vendu la mèche. Ma mère était en colère. Elle est allée rencontrer ma maîtresse et elles ont discuté. L’institutrice a parlé aux enfants qui me faisaient du mal. Depuis, je n’ai plus de problèmes. Je connais tout le monde. J’ai beaucoup d’amis.»

Si, à présent, Channa prend de bon cœur le chemin de l’école, son moment préféré reste quand même la récréation pour jouer à la corde à sauter. Et, là, leste et légère comme une plume, souriante, elle devient la reine de la cour de récréation !

Parfois le regard de la fillette se perd avec mélancolie. Elle pense alors à sa mère, qui repartira bientôt loin d’elle, pour longtemps. En effet, Channa et son frère ne voient pas souvent leurs parents qui ont fait le choix de travailler à Phnom Penh, la capitale du pays, pour tenter de sortir de la misère et leur offrir un meilleur avenir.

© Lucas Veuve/Handicap International

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Tirean et Navea, à la vie, à l’amour
© S. De Groeve/Handicap International

Tirean et Navea, à la vie, à l’amour

Une petite maison en bois au bord d’une route, dans un petit village non loin du Mékong. Un homme appuyé sur une béquille vend une bouteille d’eau, tandis qu’une dame lave vigoureusement du linge dans une bassine. Tirean et Navea ont tous les deux été victime d’un accident de mine dans les années 80. Tous les deux sont suivis par le centre de réadaptation de Handicap International à Kompong Cham.

Témoignage de Kanha, 14 ans
© ERIC MARTIN / FIGARO MAGAZINE / HANDICAP INTERNATIONAL

Témoignage de Kanha, 14 ans

« Mon nom est Kanha. J'avais 8 ans quand l'accident est arrivé. Alors que ma mère travaillait dans sa petite épicerie, mon père, dans le jardin de la maison, était en train de manipuler un obus qu'il venait d'acheter chez un ferrailleur. Il voulait récupérer le métal pour le revendre. Je l'observais, assise sur les escaliers, quelques mètres plus loin. C'est alors que j'ai entendu un grand bruit et j'ai juste eu le temps de comprendre que l'engin venait d'exploser. Ensuite, je ne me souviens plus de rien. »