Go to main content

Cyclone Enawo : plus de 85 000 déplacés

Urgence
Madagascar

Le cyclone Enawo qui a frappé Madagascar les 6, 7 et 8 mars derniers a touché près de 300 000 personnes dont 175 000 dans le seul district d’Antalaha, dans le Nord-Est du pays. 85 000 personnes sont toujours déplacées. Les autorités déplorent de nombreux dégâts causés par le cyclone et les inondations qui ont suivi. Les équipes de Handicap International se préparent à aider la population.

© Photo Handicap International

  • Selon les dernières informations, le cyclone et les inondations qui ont suivi ont touché 300 000 personnes, dont 175 000  dans le seul district d'Antalaha, dans le Nord-Est du pays, point d’entrée du cyclone. 85 000 personnes sont toujours déplacées. Le bilan fait également état de 50 morts, de 181 blessés et de 20 disparus.
  • 91 % des sinistrés se trouvent dans les régions de Sava, d’Analamanga, d’Analanjirofo et d’Atsinanana. Selon le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes, les dégâts les plus lourds sont enregistrés dans les régions de Sava et d’Analanjirofo, dans le Nord-Est du pays.
  • Les communications sont toujours très difficiles avec le Nord-Est du pays, zone d’habitude enclavée et difficile d’accès, et où le cyclone a été le plus virulent. Les autorités malgaches demeuraient en fin de semaine dernière sans nouvelle de 90 villages du district d'Antalaha.
  • 222 sites d’hébergement ont été mis en place dans 8 régions du pays sur les 14 touchées.
  • « L’alerte inondation a été levée à Antananarivo ce lundi matin. Nous sommes en train de visiter plusieurs sites d’hébergement provisoires pour évaluer la situation et les besoins des personnes handicapées. Certains ont vu leur maison détruite par les inondations et resteront plusieurs jours dans ces centres. Nous nous tenons prêts à les aider en fournissant des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.) et à dispenser éventuellement une aide en argent liquide pour qu’elles achètent elles-mêmes ce dont elles ont besoin, afin de compléter ce qui n’aurait pas été proposé pendant les distributions humanitaires », explique Anne Burtin, coordinatrice des programmes de Handicap International à Madagascar.

 

Handicap International à Madagascar

Handicap International est présente à Madagascar depuis 1986. Forte d’une équipe de presque 100 salariés, l’association lutte contre les maladies invalidantes comme la filariose lymphatique. Elle intervient en milieu carcéral pour améliorer les conditions de vie des détenus. Handicap International mène aussi un programme de santé maternelle et infantile pour réduire la mortalité des mères et des nouveau-nés. L’association s’emploie également à promouvoir les droits et l’inclusion des personnes handicapées en renforçant les associations qui les représentent. Handicap International développe aussi des actions pour l’accès à l’éducation des enfants exclus du système scolaire.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les programmes de rééducation au quotidien
© Peter Biro / HI
Mines et autres armes Réadaptation Santé Urgence

Les programmes de rééducation au quotidien

Maud Bellon, chef de mission pour HI au Yémen nous décrit la situation à Sana’a, où l’association est basée et mène ses opérations humanitaires.

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête
© Ayman / HI
Réadaptation Urgence

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête

Il y a 6 mois, Salim, 17 ans, a été fauché par une bombe dans l’épicerie où il travaillait près de Hodeidah. Il a été soigné à l’hôpital de la ville où il a été amputé au-dessous du genou. Un véritable choc. Salim était angoissé : comment pouvait-il continuer à vivre avec une seule jambe ? Comment subvenir aux besoins de la famille ? Comment poursuivre sa scolarité ?

Réduire les risques de handicap
© Ayman / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Réduire les risques de handicap

Le conflit au Yémen dure depuis presque 4 ans. Les blessés arrivent dans les hôpitaux par vagues. À Sana’a, HI mène des programmes de rééducation dans 6 hôpitaux et 2 centres spécialisés. Voici les spécificités de la rééducation en temps de guerre :