Go to main content

Dire non aux bombardements des civils

Mines et autres armes

Handicap International a participé, le 4 octobre à New-York, à la réunion du groupe d’experts sur l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. L’enjeu : obtenir, à terme, une déclaration politique forte pour mettre fin aux bombardements des civils.

Une bombe non explosée dans la ville de Kobané au Nord de la Syrie

Ph. Houliat / Handicap International

Une vingtaine d’Etats ont participé mardi dernier aux discussions du  groupe d’experts initié il y a un an par l’Autriche afin élaborer une déclaration politique contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. 

Ce groupe s’élargit... un signe positif qui montre qu’un nombre croissant d’Etats reconnait le problème posé par les bombardements des civils et qu’il soutient le projet d’une mobilisation de la communauté internationale sur le sujet. Les effets de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées sont en effet dévastateurs. En 2015, quand elles ont été utilisées dans les villes et villages, les armes explosives ont fait 92 % de victimes civiles. Le cas de la ville d’Alep, en Syrie, soumise depuis deux semaines à une nouvelle vague de bombardements particulièrement intensifs, illustre l’horreur vécue par les civils. 

Pendant les discussions, Handicap International a apporté son expertise sur les blessures graves provoquées par l’utilisation des armes explosives en zones peuplées et les besoins des victimes. L’association a défendu sa position : dans la future déclaration politique, les Etats doivent s’engager publiquement à mettre fin à cette pratique, reconnaître la souffrance des populations affectées et s’engager à assister les victimes.

Alors que les conflits se multiplient et que l’utilisation des armes explosives en zones peuplées dans les guerres devient presque systématique, il y a urgence à trouver des solutions politiques. 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Mines et autres armes Prévention

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. HI protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015
© Z. Johnson / HI
Mines et autres armes

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de la convention, qui a été signée par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E.Fourt/HI
Mines et autres armes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.