Goto main content

Entretien avec Jean-Loup Gouot sur la pandémie COVID-19

Protéger les populations vulnérables Santé Secourir les déplacés/réfugiés
Bangladesh

Jean-Loup Gouot, Directeur de Humanité & Inclusion (HI) au Bangladesh, témoigne au sujet de l’impact du COVID-19 dans le pays et rappelle les risques de cette épidémie, en particulier pour les réfugiés rohingyas

Famille de déplacés rohingyas

Famille de déplacés rohingyas | © M. A. Islam / HI

Quel est l’impact de la COVID-19 sur nos opérations ?

D’une part, nous adaptons nos activités, en sensibilisation et en informant les populations locales au sujet de ce virus, et en faisant la promotion des bonnes pratiques d’hygiène, de prévention et de protection face à ce virus. Par ailleurs, nous poursuivons nos activités de référencement sanitaire dans les camps de réfugiés et en dehors : communautés hôtes de Cox’s Bazar, nord du pays, zones proches de Chittagong. Nous maintenons aussi nos activités d’appui en santé mentale (soutien psychosocial, protection, etc.), et nous poursuivons nos activités de soutien logistique auprès de nos partenaires humanitaires afin de favoriser le stockage, le transport et la distribution de denrées alimentaires.

Quels messages transmettons-nous aux populations locales ?

Nous transmettons les messages relatifs aux bonnes pratiques d’hygiène : se laver les mains, adopter des mesures préventives au sein des ménages et de la communauté, limiter les déplacements et les mouvements, etc.

Quelle est la priorité pour HI au Bangladesh face à la COVID-19 ?

Poursuivre, voire amplifier, nos activités de sensibilisation et d’information. Appuyer le référencement médical (référencer les personnes identifiées auprès d’organisations partenaires qui vont pouvoir leur apporter un soutien). A plus long terme : renforcer l’appui aux populations les plus pauvres de ce pays, car une large partie de la population est toujours en situation d’extrême pauvreté, et risque d’être victime de la crise économique qui sera probablement engendrée par la situation actuelle. Les conditions de vie de ces populations en seraient profondément affectées.

Et les équipes de HI sur le terrain ?

À l’heure actuelle, un tiers de nos équipes est disponible, les autres collègues de HI ont été mis en alerte et sont prêts à intervenir s’il fallait renforcer la réponse à l’urgence. Nos équipes mettent en place les activités essentielles : activités de sensibilisation, référencement sanitaire auprès d’organisations partenaires, protection des plus vulnérables, soutien psychosocial, etc.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI poursuit son intervention auprès des plus vulnérables en Afghanistan
© HI
Protéger les populations vulnérables Réadaptation

HI poursuit son intervention auprès des plus vulnérables en Afghanistan

Alors que la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader en Afghanistan, le pays fait face à une troisième vague d’épidémie Covid-19.

HI aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson
© HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

HI aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson

Suite à de terribles inondations et glissements de terrain survenus le 27 juillet 2021, Humanité & Inclusion (HI) aide les plus vulnérables dans les camps de réfugiés Rohingyas du district de Cox’s Bazar.

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.