Go to main content

Équateur : il est urgent d’accéder aux zones les plus touchées par le séisme

Urgence

Un séisme d’une magnitude de 7.8 a touché l’Equateur dans la soirée du samedi 16 avril. Au 20 avril, le bilan humain faisait état de 525 morts et plus de 4 600 blessés. Plus d’un million de personnes (sur une population d’environ 16 millions) auraient été affectées selon les Nations Unies. Les dégâts matériels sont considérables, des zones entières du Nord-Ouest du pays ayant été rendues inaccessibles.

équateur

© Handicap International

Les principales villes affectées se trouvent dans les provinces d’Esmeraldas et de Manabi, à proximité de l’épicentre du séisme. D’immenses contraintes d’accès ont déjà été constatées sur le terrain par les acteurs humanitaires ; de nouvelles répliques de forte intensité risquent de les aggraver encore davantage.

« Beaucoup de zones affectées par le séisme sont inaccessibles du fait de l’état des routes », explique Simon Trichot qui coordonne l’action d’urgence de Handicap International en Equateur. « Certaines villes du Nord-Ouest du pays sont littéralement enclavées. C’est là que se trouvent les personnes les plus touchées par la catastrophe. Plus les heures passent, plus nous craignons que leur situation ne s’aggrave et que le bilan humain ne s’alourdisse. »


Bâtiments détruits par le tremblement de terre à Portoviejo.
© Handicap International

 

Handicap International a mobilisé une équipe de sept spécialistes de l’urgence en provenance de six pays différents pour appuyer les actions nationales et internationales entreprises en faveur des populations affectées, en coordination étroite avec les autorités nationales et locales.

 

L’action de l’association va apporter des soins de réadaptation et du soutien psychosocial (groupes d’écoute, entretiens) aux personnes blessées et aux familles affectées par le désastre.

 

D’autres actions pourraient être mises en place pour soutenir les autorités et les acteurs locaux (associations de kinésithérapeutes, personnels de santé des zones affectées) dans la distribution de l’aide humanitaire, dans la prise en charge des blessés et dans la prise en compte des personnes les plus vulnérables (personnes handicapées, personnes âgées, femmes enceintes) dans la réponse humanitaire.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Quand je serai grand, je volerai »
© Shumon Ahmed/HI
Réadaptation Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

« Quand je serai grand, je volerai »

Saiful a 7 ans. Il vit dans le camp de réfugiés rohingyas de Kutupalong, dans le sud du Bangladesh. Atteint d’une malformation congénitale, l’enfant a perdu sa jambe droite à deux ans. Avec le soutien de Handicap International, il a reçu une prothèse, marche et va à l’école.  L’enfant adore jouer avec ses amis, et a un rêve : devenir pilote.

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées.

Blessure par balle : un long parcours médical
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

Blessure par balle : un long parcours médical

Une blessure par balle conduit le patient dans un long parcours médical. Après une opération, la rééducation nécessaire pour regagner en mobilité peut prendre des mois, voire des années : une convalescence longue qui engendre une invalidité temporaire et rend le patient inapte au travail. Alaa fait partie de ces centaines de blessés par balle. Suivi par HI, il commence sa rééducation.