Accès direct au contenu

Être un enfant handicapé au sein d’une famille de réfugiés

Inclusion Réadaptation
Jordanie

À 11 ans, Abd Alnor souffre d’un retard de développement et de difficultés d’apprentissage depuis sa naissance. Après avoir fui la Syrie en 2013, sa famille n’a pas pu retrouver les soins spécifiques dont il avait besoin, jusqu’à leur rencontre avec les équipes de Humanité & Inclusion (HI). Une assistance précieuse, étant donné les difficultés auxquelles les réfugiés doivent faire face.

 

Abd Alnor au centre avec sa mère et son physiothérapeute

Abd Alnor au centre avec sa mère et son physiothérapeute | © HI

Après avoir fui vers la Jordanie en 2013, la mère d’Abd Alnor a eu énormément de mal à trouver des services de réadaptation abordables pour son fils. Pendant longtemps, Abd Alnor n’a reçu aucun traitement...

Découvrir le handicap de son fils

Au moment de la première crise, la mère d’Abd Alnor est paniquée ; son fils a 2 ans. Elle se précipite alors à l’hôpital, où les médecins diagnostiquent une épilepsie et un retard de développement.

Abd Alnor n’est parvenu à se tenir debout qu’à l’âge de 4 ans, et a du mal à réaliser les actions du quotidien, en particulier les activités motrices fines comme s’habiller ou articuler sa main. Sa mère a souffert de l’isolement de son fils.

« Il ne veut pas interagir avec les autres, et ne peut pas jouer avec des camarades »,

raconte-t-elle.

Trouver des services accessibles

La famille, qui compte 3 autres enfants en plus d’Abd Alnor, habite un logement loué dans un sous-sol près du camp de réfugiés d’Irbid. Pour qu’Abd Alnor puisse sortir, un fauteuil roulant est nécessaire.

C’est au cours d’une ronde que des bénévoles HI de la communauté ont rencontré la famille et l’ont informée sur les services accessibles à l’hôpital Basma, l’établissement partenaire de HI dans la ville d’Irbid. Avec le soutien de HI, Abd Alnor a pu reprendre son traitement.

Un changement considérable pour ce foyer, car pour bon nombre de familles de réfugiés, l’accès aux services de santé est très difficile.

Un traitement long et complet

La physiothérapie vise à augmenter la force des muscles du tronc afin de gagner en indépendance pour passer de la position assise à la position debout. L’ergothérapie a également aidé Abd Alnor à être plus autonome dans les activités du quotidien : se laver, s’habiller, etc.

L’assistance psychologique a renforcé la capacité du garçon à interagir avec les autres, et à s’amuser avec des jouets.

« Abd Alnor interagit davantage avec les autres et essaie de jouer avec ses camarades. Il ne se sent plus isolé et honteux. Le soutien psychosocial a eu un effet bénéfique incroyable »,

raconte sa mère.

Des progrès visibles

Abd Alnor commence à améliorer sa motricité, et parvient à passer de la position assis sur le sol à la position debout avec plus d’aisance. S’habiller et se coiffer sont pour lui des opérations délicates.

Aujourd'hui, il essaie de faire seul ses lacets et aime jouer dans le sable lorsqu’il est au centre avec l’ergothérapeute. Il s’amuse beaucoup à construire des châteaux dans la boue. Et sa mère est ravie :

« j’aimerais voir mon fils se débrouiller tout seul ».

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Éducation, filles, handicap : HI engagée à résoudre l'équation de l'exclusion
© Pascale Jérôme Kantoussan/HI
Droits Inclusion

Éducation, filles, handicap : HI engagée à résoudre l'équation de l'exclusion

Suite à une étude menée en 2019 au Burkina Faso, au Mali et au Niger, et à l'occasion de la Journée internationale de l'éducation le 24 janvier, Humanité & Inclusion (HI) alerte les gouvernements des pays du Sahel et les organisations de coopération internationale sur l'exclusion des filles handicapées de l'école. Dans le monde entier, les femmes handicapées ont trois fois plus de chance d'être analphabètes que les hommes non handicapés.

Moïse, victime du séisme en Haïti, peut aujourd’hui jouer au foot
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Moïse, victime du séisme en Haïti, peut aujourd’hui jouer au foot

Moïse, 15 ans, a perdu sa jambe suite au séisme en Haïti en 2010. Grâce au soutien de Humanité & Inclusion (HI), il a reçu une prothèse, qui est régulièrement réadaptée.

Haïti : 11 ans après le séisme, HI assure toujours l’accès aux services de réadaptation aux plus vulnérables
© Nadia Todres/HI
Réadaptation Urgence

Haïti : 11 ans après le séisme, HI assure toujours l’accès aux services de réadaptation aux plus vulnérables

Après le tremblement de terre qui avait frappé Haïti le 12 janvier 2010, Humanité & Inclusion (HI) avait alors déployé l’une des plus vastes interventions d’urgence de son histoire. Aujourd’hui, l’association poursuit ses actions auprès des plus vulnérables.

*
*
*

(format: nom@fournisseur.com)

*
*
VALIDER