Accès direct au contenu

Fin des opérations de déminage

Mines et autres armes
République démocratique du Congo

HI termine ses opérations de déminage dans les provinces de  Tshopo, de l’Ituri, du Bas-Uélé et du Haut-Uélé lancées en janvier 2016 en République démocratique du Congo (RDC). Pendant 2 ans, HI et son partenaire local AFRILAM (Afrique pour la lutte anti-mines) ont déminé 34 520 m2 de terres soit près 5 terrains de foot, pour le bénéfice de 5 600 habitants de la région.

L'équipe de démineurs d'AFRILAM rejoint sa zone de travail sur le site d'Itendey

L'équipe de démineurs d'AFRILAM rejoint sa zone de travail sur le site d'Itendey | ©B.Blondel/HI

Entre janvier 2016 et décembre 2017, l’équipe de démineurs d’AFRILAM a déminé près de 34 520m² de terrain, en grande partie des champs et des voies de communication pour 3 villages. Environ 5 600 personnes sont maintenant libérées de la menace des mines et des restes explosifs de guerre, héritage de conflits entre groupes armés dans la région depuis les années 1990.

 

Le déminage s’est effectué manuellement avec une équipe de 19 démineurs formés par HI. En moyenne, un démineur déminait manuellement 13 m² par jour. Depuis le début des opérations en 2016, 21 mines ont pu être sécurisées et détruites ainsi que 25 restes explosifs de guerre (REG) dont des grenades F1, des roquettes PG7 et des obus de mortier 120 mm.

 

« Malgré des conditions difficiles dans les différentes zones concernées, avec la saison des pluies d’octobre à mai et une végétation dense, les opérations de déminage se sont bien déroulées. Ces opérations ont été l’occasion de former les démineurs et d’améliorer leur niveau. HI a également mis en place 85 sessions de sensibilisation aux risques des mines et des REG auprès de 6 000 personnes. Cela permet aux populations locales de se sentir plus en sécurité et de mener leurs activités quotidiennes en toute sérénité », explique Jadot Bamungu, responsable du contrôle des opérations de déminage pour HI.

 

Les mines antipersonnel ont été employées pour la première fois en 1960 en République démocratique du Congo, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance. Depuis 1996, elles ont été largement utilisées par les différents groupes armées qui se sont opposés dans le Nord et l’Est du pays, au gré des nombreux conflits qui se sont succédés. Aujourd’hui encore, elles sont une menace permanente pour les populations locales.

 

HI en RDC :

Handicap International est présente en RDC depuis 20 ans. L'association a été un acteur majeur du déminage, ses dernières opérations dans le domaine remontant à 2014. Avec AFRILAM, son partenaire depuis 2008, elle est engagée pendant trois ans dans de nouvelles opérations de ce type.

Membre du Traité d’Ottawa, la République démocratique du Congo s’est donné jusqu’en 2021 pour se déclarer libre de mines.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI Liban aide Shahid, 11 ans, à remarcher
© Photo HI
Mines et autres armes Réadaptation Santé

HI Liban aide Shahid, 11 ans, à remarcher

Shahid a été gravement blessé en Syrie en 2011 et ne peut plus marcher depuis. Humanité & Inclusion (HI) lui fournit des soins de physiothérapie et des prothèses pour qu’elle retrouve sa mobilité.

 

« Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus et de se rendre au centre santé »
© Photo HI
Mines et autres armes Réadaptation Santé

« Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus et de se rendre au centre santé »

Rana Abdel Al, physiothérapeute pour Humanité & Inclusion (HI), explique son travail auprès des personnes handicapées. Nombre d’entre elles ont été blessées pendant la guerre en Syrie.

Éliminer les armes explosives et assurer la sécurité des communautés en Libye
© Till Mayer/HI
Mines et autres armes

Éliminer les armes explosives et assurer la sécurité des communautés en Libye

Depuis la chute du régime de Kadhafi, la Libye, en particulier Misrata et Tawergha, a été déchirée par la violence entre milices rivales et l'afflux incontrôlé d'armes, créant une situation d'insécurité permanente. Il y a une quantité incroyable de restes de guerre qui restent une menace pour la population, en particulier à Tawergha. Les gens commencent lentement à revenir dans la ville fantôme.