Accès direct au contenu

HI démine l’Est du Laos

Mines et autres armes
Laos

Le Laos est un des pays les plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre. Sur place, les équipes de démineurs HI travaillent à mettre fin à cette terrible menace pour les populations civiles. 

Les équipes HI déminent l’Est du Laos

Les équipes HI déminent l’Est du Laos | © HI

Une contamination exceptionnelle 

Depuis le 21 janvier, les opérations de déminage ont débuté dans le district d’Houameung (province d’Houaphan), à l’Est du Laos. Le pays, bombardé pendant la guerre du Vietnam, est particulièrement contaminé par les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions. Ces restes explosifs de guerre constituent une menace mortelle pour les populations civiles. Pour les protéger, HI a lancé une vaste opération de dépollution dans la région. 

Une opération complexe     

Les 14 démineurs HI commencent à travailler à 7h30, et reviennent à 16h30. Ils sont répartis en trois équipes : l’équipe d’enquête, l’équipe mobile et l’équipe de déminage. Chaque équipe intervient à une étape différente du processus, du repérage des engins explosifs à leur destruction. Leur mission est difficile : il fait particulièrement froid. Le relief, montagneux et escarpé, demande des précautions supplémentaires. La végétation, vierge, doit être taillée, ce qui demande des heures d’effort. Les démineurs HI travaillent 20 jours d’affilée, avant de pouvoir se reposer pendant une semaine. 

Protéger les civils 

Leur travail est essentiel. Les terres des villageois sont contaminées, mais ne peuvent être laissées à l’abandon : l’économie repose sur l’agriculture. Les habitants sont obligés de les cultiver, et risquent leur vie. La menace pèse sur eux en permanence : les victimes, mutilées ou tuées, sont nombreuses. Depuis le début des opérations, 11 625 mètres carrés ont été dépollués par les équipes HI. Les restes explosifs sont partout : à Houaxieng, village de 423 habitants, l’équipe a trouvé 42 munitions non-explosées et toujours actives. 

Construire un futur plus sûr 

Ces restes sont hautement explosifs : ils ne peuvent être manipulés, ou déplacés. Il faut les détruire sur place, un par un. Le travail est donc lent. En parallèle, éduquer les populations locales aux risques est essentiel. HI mène donc une campagne de sensibilisation et d’information, destinée à réduire le nombre de victimes. 

Show Transcript
Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Réfugié syrien, Osama vit en fauteuil roulant depuis huit ans
© HI
Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

Réfugié syrien, Osama vit en fauteuil roulant depuis huit ans

Osama, 25 ans, vivait avec sa famille dans une charmante bourgade du sud de la Syrie jusqu’à ce que son quartier soit bombardé en 2012. Son frère cadet, âgé de 13 ans, a été tué et sa famille a dû fuir. Un fragment de missile s’est logé dans l’une de ses vertèbres thoraciques, le paralysant à partir de la taille.

Fatehia remarche grâce aux équipes de HI
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Fatehia remarche grâce aux équipes de HI

Fatehia, âgée de 8 ans, a été gravement blessée lors d’un bombardement dans son village dans le Nord du Yémen. Elle reçoit l’aide médicale et le soutien psychologique de HI.

Ameen : « Maintenant que je marche, je veux reprendre mes études »
© HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Ameen : « Maintenant que je marche, je veux reprendre mes études »

Ameen, âgé de 19 ans, a été victime d’une explosion à Hodeidah. Il a été amputé à la jambe droite, au-dessus du genou. HI lui a fourni une prothèse et l’aide à marcher à nouveau.