Go to main content
 
 

HI démine le Nord du Liban

Mines et autres armes
Liban

HI démine au Nord du Liban. Les démineurs interviennent désormais dans une zone contaminée par la guerre de 1975-1990. Objectif : soustraire les habitants à cette menace permanente. 

L’équipe de démineurs au nord du Liban

L’équipe de démineurs au nord du Liban | © Oriane van den Broeck / HI

Depuis 2011, 700 000 mètres carrés ont été déminés, soit l’équivalent d’une centaine de terrains de football. Entre 2017 et 2018, les démineurs HI ont trouvé et détruit 4 500 engins explosifs. 

Mettre fin à une menace constante 

Les 4 équipes de démineurs HI travaillent à dépolluer les champs du district de Bcharré, contaminés par des mines antipersonnel posées dans les années 1980. Ces terrains minés sont juste à côté des villages. Les habitants sont toujours marqués par les accidents qui ont eu lieu juste après la guerre civile, dans les années 1990. Depuis, ils ont été sensibilisés aux dangers des restes explosifs de guerre et une signalétique a été mise en place. 

S’adapter au terrain 

Les démineurs HI travaillent sur plusieurs types de terrains, en fonction des saisons. L’été, ils interviennent en haute altitude. Ils redescendent l’hiver, lorsqu’il se met à neiger. Parfois, l’accès au terrain est complexe : les démineurs doivent construire un escalier de fortune, avec des sacs de sable, pour pouvoir accéder à la zone d’intervention. Les équipes ne peuvent pas toujours travailler : lorsqu’il pleut abondamment, la pente devient trop dangereuse. 

S’adapter au type de contamination

A  Bcharré, les mines sont anciennes et enfouies sous une végétation dense. Pour les trouver, les démineurs utilisent des détecteurs de métaux. Lorsqu’un engin explosif est trouvé, il n’est surtout pas déplacé : le chef d’équipe provoque l’explosion sur place. Certaines mines sont en plastique : elles échappent aux détecteurs de métaux. Les démineurs doivent donc creuser de larges portions du terrain pour les débusquer et éliminer le danger. 

Rendre les terres aux habitants 

HI maintiennent un contact permanent avec le village proche du champ de mines où elles interviennent. Il est impératif d’informer les habitants de l’avancée des opérations, en particulier les propriétaires des terrains déminés. Il est également essentiel de prévenir les bergers locaux, qui sont particulièrement touchés par les accidents. Après la guerre civile, beaucoup de villageois ont dû vendre leurs terres, contaminées, et quitté leur région.

Depuis le début des opérations, 30 000 habitants ont pu récupérer leur terrain, décontaminé. Aujourd’hui, 76% des propriétaires ont reconstruit leur maison ou repris leurs activités agricoles : culture d’oliviers, de poires et de raisins. 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

30 000 personnes tuées ou blessées par des armes explosives en 2019
© P. Houliat / HI
Mines et autres armes Urgence

30 000 personnes tuées ou blessées par des armes explosives en 2019

Le partenaire de HI, Action On Armed Violence (AOAV), publie son bilan sur  les victimes des armes explosives en 2019.

Grièvement blessée lors d’une attaque aérienne, Hala reprend peu à peu la marche de sa vie
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Réadaptation

Grièvement blessée lors d’une attaque aérienne, Hala reprend peu à peu la marche de sa vie

Hala, 4 ans, n’a plus qu’une jambe. Elle est l’une des victimes récentes des bombardements qui dévastent son pays, le Yémen, tout comme sa cousine, Erada, 8 ans, qui jouait avec elle lorsqu’un avion a largué un obus sur leur quartier alors qu’elles jouaient au bas de leur maison.

Entrevue avec Laurie Druelle, Responsable des partenariats pour la Réduction de la Violence Armée
(c) HI
Mines et autres armes

Entrevue avec Laurie Druelle, Responsable des partenariats pour la Réduction de la Violence Armée

Laurie Druelle est Responsable des partenariats pour la Réduction de la Violence Armée. Ayant rejoint HI en mars 2019, Laurie supervise depuis lors les activités d'éducation aux risques au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est. Fraîchement revenue d'Irak, nous lui avons posé quelques questions.