Go to main content
 
 

« Il a déjà vécu le pire »

Liban

Khaled avait seulement un an lorsqu’il a perdu une jambe au cours d’un bombardement en Syrie. Ses parents sont décédés ce jour-là. Il grandit désormais avec sa tante, réfugiée au Liban. Handicap International accompagne le petit garçon par des sessions de soutien psychologique.

Khaled_Liban

Khaled n’avait qu’un an lorsqu’il a perdu sa jambe dans un bombardement, en Syrie. Ses deux parents sont également décédés ce jour-là. Il grandit désormais avec sa tante, réfugiée au Liban. Handicap International accompagne le petit garçon, désormais âgé. | © P.Poulpiquet/Handicap International

« C’était le 15 avril 2014. Je n’oublierai jamais cette date,» raconte la tante de Khaled. Arkan habille le petit garçon et l’envoie jouer dans la cour de la maison, avec ses cousins. « Je ne veux pas qu’il entende la suite… », dit-elle avant de continuer son récit. « Nous étions tous assis devant chez nous. Il y avait la mère de Khaled et moi, nos enfants… C’était la fin de la journée, le soleil se couchait. Un avion a survolé le ciel et un missile s’est abattu sur nous. Le mur contre lequel était adossée la mère de Khaled s’est écroulé sur elle. Je me souviens de son corps coupé en deux. Il ne restait plus que sa tête… Mon fils de 11 ans est aussi décédé ce jour-là. Son cerveau était sorti de son crâne. Khaled, quant à lui, était criblé d’éclats d’obus et l’une de ses jambes avait été pulvérisée. »

Ce jour-là, le petit garçon est transporté d’urgence à l’hôpital. Là-bas, on apprend à ses proches qu’il souffre également d’un cancer. Une autre de ses tantes décide de rester avec lui, le temps de continuer son traitement en Syrie. De leur côté, Arkan et ses autres enfants se réfugient au Liban. « Khaled est resté là-bas, pendant encore deux ans. Mais la situation à Homs devenait insoutenable. Les bombardements étaient quotidiens. Pour s’en protéger, les gens vivaient sous terre. Mon neveu avait trop peur… » La tante qui prenait soin de Khaled fuit donc finalement avec lui, vers le pays voisin. Dès son arrivée au Liban, Khaled est pris en charge par Arkan. « Sa mère et moi, on était comme des sœurs. Le jour du bombardement, j’ai perdu un fils. Mais Dieu m’en a donné un autre. Aujourd’hui, il m’appelle maman. »

Plus de témoignages ici.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI démine le Nord du Liban
© Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes

HI démine le Nord du Liban

HI démine au Nord du Liban. Les démineurs interviennent désormais dans une zone contaminée par la guerre de 1975-1990. Objectif : soustraire les habitants à cette menace permanente. 

« Je ne pourrais pas envisager faire un autre travail »
© Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes

« Je ne pourrais pas envisager faire un autre travail »

Depuis 2013, Rabih est démineur pour HI au Nord du Liban : il travaille dans une région particulièrement contaminées par la guerre civile de 1975-1990. 

“Les mines ont laissé une trace chez les villageois”
© Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes

“Les mines ont laissé une trace chez les villageois”

Albert est le maire de Mazraat Assaf, un village proche des terrains contaminés par la guerre civile où interviennent les démineurs HI.