Goto main content

“J'ai appris à soutenir mon fils”

Inclusion
Palestine

À Gaza (Territoires palestiniens), HI soutient les enfants handicapées et leurs parents, à travers un projet d’éducation inclusive. Parmi les familles qui en bénéficient, Helem et son fils Ahmad. 

Helem, et son fils Ahmad, dans la salle de ressources de l’école

Helem, et son fils Ahmad, dans la salle de ressources de l’école | © Oriane van den Broeck / HI

HI a mis en place à Gaza un programme d’éducation inclusive pour que tous les enfants puissent aller à l’école. L’association soutient également les parents des élèves handicapés.

Heureux à l’école 

A cause de son handicap, Ahmad, âgé de 7 ans, n’a pas été accepté dans l’enseignement public. Depuis 3 ans, il se rend dans une école spécialisée, partenaire de HI. Grâce à l’association, l’établissement est équipé pour soutenir les enfants aux difficultés d’apprentissage ou en situation de handicap dans leur parcours scolaire. 
Une salle dédiée aux nouveaux outils pédagogiques a été mise en place. Les méthodes d’enseignement ont été adaptées pour répondre correctement aux besoins des élèves. Cela permet aux enfants de se sentir mieux en classe.

« Au début, Ahmad pleurait dès qu’il devait aller à l’école. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Je sens qu’il est heureux ici. A la maison, il me raconte comment les enseignants l’encouragent »,

explique Helem, la mère du jeune garçon. 

L’importance de l’entre-aide

Pour HI, le bien-être psychologique des enfants et de leurs parents est un élément clé de la réussite scolaire. L’association veille à ce que tous puissent avoir accès à un soutien psychologique adapté au sein de l’établissement. Helem a déjà bénéficié de 15 séances menées par le psychologue de l’école.

« J’ai appris comment aider au mieux mon fils. Mais surtout, j’avais besoin d’entendre que je n’étais pas responsable de son handicap », confie Helem.  Un groupe d’entraide pour les parents géré par ses participants a été mis en place. « Grâce à ces rencontres, j’ai pu parler de mes défis quotidiens et apprendre à les résoudre », explique Helem. 

Favoriser la solidarité entre les familles

Helem fait partie des parents formés pour animer ces séances : « Lorsque j’ai dû inviter des hommes à participer, je m’attendais à en voir arriver 5 ou 7. Culturellement, ce sont plutôt les femmes qui s’occupent des enfants. Mais 15 sont venus ! A la dernière séance, l’un d’entre eux m’a même demandé si il était possible de continuer », ajoute-t-elle. 
Le groupe de soutien, les séances de sensibilisation, les entretiens psychologiques individuels… tous les outils ont contribué à instaurer une relation saine entre l’enfant et ses parents. La réussite scolaire est le résultat de cet environnement équilibré. 

Comprendre son enfant 

Les parents sont aujourd’hui en mesure de comprendre les besoins psychologiques et éducatifs de leur enfant. « L’une de mes difficultés passées était de comprendre les raisons du comportement de mon enfant et ses problèmes. Mais après avoir assisté aux sessions, j’ai pu le comprendre et réagir de façon adaptée. »

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Léa Bayekula : Ambassadrice HI et para-athlète primée
© Alexandra Bertels / HI
Inclusion

Léa Bayekula : Ambassadrice HI et para-athlète primée

La sportive de haut niveau se spécialise dans l'athlétisme. Elle espère utiliser sa position d'ambassadrice chez Humanité & Inclusion (HI) pour sensibiliser à l'inclusion des personnes handicapées.

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir
© K.Holt / HI
Inclusion Mines et autres armes

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir

Plus de 80 millions de personnes dans le monde sont déplacées de force, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR – déc. 2020)[1].

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.