Go to main content

« J’ai tout le temps du monde désormais »

Réadaptation
Liban

Hani a 35 ans et il est tombé de son toit, il y a quelques années, lorsqu’une explosion a eu lieu près de chez lui, en Syrie. Fuyant l’insécurité et les conflits avec sa famille, il est arrivé au Liban en 2013. Depuis le début de l’année, Handicap International lui propose des sessions de kinésithérapie. L’association est en mesure d’assister des personnes comme Hani grâce au soutien du service de la Commission européenne chargé de l'aide humanitaire et de la protection civile (ECHO), au Liban et dans le reste de la région.

Hani, lors de sa session de kinésithérapie.

Hani, lors de sa session de kinésithérapie. | © G. Vandendaelen / Handicap International

Assis sur son lit, dans la maison qu’il occupe avec son frère et ses parents, Hani accueille Fadia, kinésithérapeute et Mohammad, assistant social. Aujourd’hui, l’équipe de Handicap International lui rend visite pour une nouvelle session de réadaptation. Voici plusieurs années qu’Hani ne peut plus marcher. « J’ai été blessé au début du conflit en Syrie », raconte-t-il. « Ce jour-là, j’étais assis sur le toit de notre maison. L’immeuble voisin a été touché par un bombardement et je suis tombé de cinq étages, sous la force de l’explosion. Ma colonne vertébrale a été touchée et j’ai immédiatement été transporté à l’hôpital. J’y suis resté pendant un an, avant que ma famille et moi ne prenions la décision de partir pour le Liban… ».

Fadia dirige les mouvements de Hani et lui fait faire différents exercices, tandis que le Syrien continue son récit : « Venir ici semblait logique. Avant la guerre, je jouais au football à un haut niveau et je venais souvent au Liban. Plusieurs universités me voulaient dans leur équipe, bien que je ne compte pas parmi leurs étudiants. J’avais trouvé ma vocation et je voulais vivre de ma passion… ». Le regard triste, Hani ajoute : « Je gagnais aussi ma vie en vendant des sucreries. J’étais très occupé et je ne m’embêtais jamais : lorsque je ne travaillais pas, je sortais avec mes amis. Mais aujourd’hui, tout a changé. J’ai tout le temps du monde désormais… »
Mouna, la mère de Hani, semble encore très affectée par ce qui est arrivé à son fils. « Je ne peux pas  penser à son futur… Je suis là pour lui aujourd’hui, mais qu’en sera-t-il dans quelques années ? Je prie sans cesse pour qu’il aille mieux, mais je me fais beaucoup de souci. » Hani commente : « Ma mère est déprimée depuis mon accident, mais j’essaie à tout prix d’aller de l’avant, malgré les difficultés auxquelles je fais face chaque jour. »

Aujourd’hui, l’une des préoccupations majeures de la famille est l’état de ses finances. Hani, son frère et ses parents ne peuvent payer leur loyer que grâce à la générosité des voisins et ils n’ont pas les moyens de financer l’opération dont Hani a besoin. « Ici, nous devons payer pour tout », commente-t-il. « Ce n’était pas le cas en Syrie… Et nous avons dépensé toutes nos économies au cours des dernières années… »

Handicap International, dans le cadre de son intervention d’urgence, s’assure que des personnes comme Hani, puissent avoir accès à de soins gratuits leur permettant de progresser. Depuis le début de la crise syrienne, plus de 135 000 personnes ont bénéficié des services de l’association au Liban. Les professionnels de Handicap International ont notamment dispensé plus de 18 000 sessions de réadaptation dans le pays.  

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

La pire crise humanitaire au monde
© Camille Gillardeau / HI

La pire crise humanitaire au monde

HI intervient dans 8 centres de santé et hôpitaux à Sana’a, capitale du Yémen, pour apporter des soins en réadaptation, une aide psychologique et distribuer des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.). Le conflit et le blocus imposé en novembre 2017 par la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite ont des effets dévastateurs pour la population. Maud Bellon, directrice des programmes de HI au Yémen décrit la situation.

Victime d'une mine à athlète paralympique
© Bas Bogaerts / HI

Victime d'une mine à athlète paralympique

Flavio fait partie des milliers de victimes des mines en Colombie. Il a perdu sa jambe, mais peut se déplacer en toute autonomie grâce à la prothèse qu'il a reçue de Humanité & Inclusion. Et ses pas le conduisent souvent à la piscine, car Flavio est un nageur de compétition qui brigue une participation aux Jeux paralympiques.

Un cinquième des réfugiés syriens présentent un handicap
© Bas Bogaerts / HI

Un cinquième des réfugiés syriens présentent un handicap

D’après une nouvelle étude réalisée par HI et iMMAP[1], plus de 60 % des ménages de réfugiés syriens comptent une personne handicapée ; un cinquième des réfugiés au Liban et en Jordanie présentent un handicap. Menée entre 2017 et 2018, cette enquête a pour l’instant débouché sur deux rapports, quatre fiches d’information et un tableau de bord qui fournit des données statistiques sur les personnes handicapées parmi les réfugiés syriens et leur accès à l’aide humanitaire. Yahoko Asai, coordinatrice technique régionale de HI en charge de l’inclusion, explique l’importance de cette étude :

 

[1] IMMAP est une ONG internationale qui fournit des services professionnels de gestion de l’information aux organisations humanitaires et de développement via la collecte, l’analyse et la représentation visuelle de données leur permettant de prendre des décisions éclairées dans le but ultime de fournir une assistance ciblée de grande qualité aux populations les plus vulnérables au monde.