Go to main content

« Je me sens très bien dans ce poste. Je n’y subis pas du tout mon handicap. »

Insérer les personnes handicapées dans le monde du travail
Sénégal

A 33 ans, Boubacar est juriste au ministère de l’Intégration africaine, du NEPAD* et de la bonne gouvernance. Handicap International l’a accompagné dans son projet professionnel afin de dépasser les obstacles liés à son handicap moteur. L’association l’a aidé à faire valoir ses compétences et a sensibilisé le ministère de la Fonction publique sur l’intégration des personnes handicapées dans ses équipes.

Boubacar Diallo dans son bureau au ministère.

Boubacar Diallo dans son bureau au ministère. | © E. Fitte-Duval / Handicap International

Un étudiant engagé

Boubacar est originaire de la Casamance, au sud du Sénégal. Il est venu s’installer à Dakar après son bac, laissant derrière lui sa mère et ses six frères et sœurs. Après avoir suivi des études de droit public, il a obtenu un Master en droit des migrations. Très engagé, il a présidé l’Association des étudiants handicapés pendant ses études à l’université de Dakar.

Victime de la poliomyélite par le passé, il se déplace aujourd’hui avec des béquilles. Son handicap a longtemps été un obstacle à son accès à l’emploi : « Je m’étais entendu par écrit avec une grande organisation internationale. Nous nous étions mis d’accord sur un stage chez eux. Mais lorsque nous nous sommes rencontrés pour l’entretien et qu’ils ont constaté mon état physique, le recrutement a été abandonné du jour au lendemain. »

 

Faire valoir ses droits et ses compétences

C’est pour lutter contre ces discriminations que Handicap International a mis en place un projet d’insertion professionnelle auprès des personnes handicapées de la région de Dakar. Dans ce cadre, Boubacar est suivi depuis plus d’un an par un travailleur social et un conseiller en emploi. Un bilan de compétence mené avec l’association lui a ainsi permis de préciser son projet professionnel. Pour améliorer sa culture d’entreprise, ses deux référents lui ont aussi proposé une formation sur les compétences comportementales organisée par Handicap International.

Il y a un an, l’association a accompagné Boubacar lors de son dépôt de candidature à la Fonction publique, où il espérait trouver un poste à la hauteur de ses compétences.

 

Un poste à responsabilités au ministère

Boubacar a finalement été sélectionné pour intégrer la direction du ministère de l’Intégration africaine, du NEPAD et de la bonne gouvernance. C’est un poste exigeant, qui correspond à ses compétences juridiques et à sa motivation. Boubacar représente la direction dans différentes instances et intervient sur les questions d’intégration économique et sociale, de migration et d’environnement. Il gère également des tâches administratives (rédaction de rapports, de discours…).

Quelques aménagements ont été nécessaires pour permettre à Boubacar d’exercer son métier confortablement : son bureau est par exemple situé au quatrième étage, où il a un accès direct à l’ascenseur, tandis que ses collègues sont au troisième. Après un an en poste, Boubacar se montre très satisfait de son intégration : « Dans ce travail, je n’ai aucun problème lié à mon handicap, il ne se fait pas du tout sentir. Mes collègues me respectent et j’ai de très bonnes relations avec eux. »

Après cette expérience, Boubacar souhaiterait rejoindre une organisation internationale travaillant dans le domaine des migrations, son sujet de prédilection.

 

* NEPAD : Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Garantir à tous un emploi de qualité
© E. Fitte-Duval / Handicap International

Garantir à tous un emploi de qualité

Dans la région de Dakar, Handicap International (HI) aide les personnes handicapées à décrocher un emploi. À travers un suivi personnalisé, une offre de formation et la sensibilisation des entreprises, l’association les accompagne vers une insertion professionnelle réussie.

Libérer la Casamance de la menace des mines
© J-J. Bernard / Handicap International

Libérer la Casamance de la menace des mines

La population de Casamance vit toujours sous à la menace des mines antipersonnel malgré la fin du conflit[1] dans cette région du Sénégal. Depuis décembre 2015, Handicap International mène des programmes de déminage. Après une première opération dans le village de Diagnon, l’association démine à présent 20 000 mètres carrés à Boutoute, à l’entrée est de Ziguinchor, afin de libérer les villageois de la menace des mines.

Face à une mine, quoi faire ?
© J-J. Bernard / Handicap International

Face à une mine, quoi faire ?

Le conflit qui a tiraillé la Casamance pendant trente ans est maintenant terminé. Mais les mines antipersonnel sont toujours là, menaçant la vie des civils. En parallèle à ses opérations de déminage, Handicap International avec son partenaire, l’Association sénégalaise des victimes de mines (ASVM), informe et sensibilise la population aux risques posés par les mines. En huit mois, 60 écoles et 65 villages bénéficieront de sessions de sensibilisation.