Goto main content

“Je ne me sens plus coupable”

Inclusion
Palestine

À Gaza (Territoires palestiniens), HI a lancé un projet d’éducation inclusive en partenariat avec une école locale, pour permettre aux enfants handicapés d’aller à l’école. Parmi eux, Mahmoud, atteint de paralysie cérébrale. 

Suha, et son fils Mahmoud, devant l’école soutenue par HI

Suha, et son fils Mahmoud, devant l’école soutenue par HI | ©Oriane van den Broeck / HI

À Gaza, HI met en place un projet d’éducation inclusive dans une école spécialisée. En plus de méthodes d’enseignement adaptées aux enfants handicapés, leur santé mentale et celle de leur famille sont les piliers majeurs du projet. 

Soutenir les parents 

Suha témoigne de la situation de son fils, Mahmoud : « Auparavant, Mahmoud était inscrit dans une autre école spécialisée. Nous ne recevions aucun soutien en tant que parents. »

Aujourd’hui, cette mère bénéficie de l’aide de la psychologue scolaire et participe à un groupe de soutien qui rassemble d’autres parents d’élèves handicapés.

Ce groupe a permis à Suha de dépasser son sentiment de culpabilité : « C’était extrêmement difficile pour moi, car dans mon quartier, les gens et ma famille me tenaient responsable de ce qui était arrivé à Mahmoud. Grâce au groupe de soutien, je suis devenue plus forte. Je peux aujourd’hui parler de mon fils sans fondre en larmes. Je n’ai plus honte ». 

Devenir plus autonome

Des séances de sensibilisation pour les parents ont lieu chaque semaine. Suha y a découvert comment favoriser l’autonomie de son fils : « J’ai adapté ma façon de fonctionner avec lui. Mahmoud était très dépendant et j’ai appris à le soutenir de manière à ce qu’il fasse plus de choses tout seul. Par exemple, auparavant s’il avait faim, je lui préparais tout de suite de quoi manger.

Aujourd’hui, nous cuisinons ensemble à la maison. Ces changements dans notre quotidien aident à la fois Mahmoud et le reste de la famille ». 

Progresser à l’école et à la maison

Chaque enfant bénéficie d’un suivi personnalisé de la part de la psychologue de l’école. Le  comportement de Mahmoud a changé du tout au tout. Il se mêle aux autres enfants ; il est devenu un petit garçon très sociable. Ses progrès se voient également en classe :

« Mahmoud est plus à l’aise et par conséquent, il apprend de plus en plus. Il est maintenant capable de lire et d’écrire »

conclut Suha. 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Léa Bayekula : Ambassadrice HI et para-athlète primée
© Alexandra Bertels / HI
Inclusion

Léa Bayekula : Ambassadrice HI et para-athlète primée

La sportive de haut niveau se spécialise dans l'athlétisme. Elle espère utiliser sa position d'ambassadrice chez Humanité & Inclusion (HI) pour sensibiliser à l'inclusion des personnes handicapées.

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir
© K.Holt / HI
Inclusion Mines et autres armes

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir

Plus de 80 millions de personnes dans le monde sont déplacées de force, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR – déc. 2020)[1].

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.