Accès direct au contenu

« Je rêve de paix et de stabilité »

Mohamad, 38 ans, est originaire de la banlieue de Damas, en Syrie. Très éprouvé par ce qu’il a vécu dans son pays, il a été victime d’un accident vasculaire cérébral qui l’a rendu hémiplégique. Il est désormais réfugié au Liban, où Handicap International l’aide à retrouver sa mobilité et l’accompagne avec des sessions de soutien psychologique.

Mohammad_Liban

Mohamad été victime d’un accident vasculaire cérébral qui l’a rendu hémiplégique. Désormais réfugié au Liban, Handicap International l’aide à retrouver un peu de sa mobilité. | © P.Poulpiquet/Handicap International

Assis dans son modeste appartement, Mohammad a le visage hagard. Perdu dans ses pensées, il semble encore traumatisé par les évènements qui l’ont amené à se réfugier au Liban et l’ont privé d’une partie de sa capacité de mouvements. Il y a quelques années, alors qu’il était encore en Syrie, il a vu la population de son village se faire massacrer sous ses yeux. Il se souvient du sang et des personnes mourantes, qu’il a tenté, en vain, d’aider. « C’est à cause de ça que je suis venu au Liban », finit-il par dire, après un long silence. « A cause du sang, du conflit. J’avais tellement peur et je voulais protéger mes enfants, c’est tout. »

Lorsqu’il arrive dans le pays voisin, en 2012, Mohamad est encore très tourmenté. Il est alors victime d’un accident vasculaire cérébral qui le rend hémiplégique. « Mon état psychologique s’était considérablement dégradé à ce moment-là. J’étais mentalement très fatigué… Je pense que mon cerveau n’a pas supporté », explique-t-il. Chaque semaine, une équipe de Handicap International lui rend visite pour l’accompagner dans sa convalescence. « Il est encore très déprimé, alors, nous faisons des sessions de soutien psychologique en plus de la kinésithérapie », explique Doaa, travailleuse sociale de l’association.

Quand parle à Mohamad de la Syrie, il évoque sa vie d’avant avec nostalgie. « Je vivais très bien. J’avais un travail, de l’expérience, des diplômes, une maison… J’élevais mes enfants… Ma vie était parfaite. La guerre est arrivée et a tout détruit. » Désormais, le père de famille s’attache à l’espoir qu’un jour, les combats s’arrêteront dans son pays et qu’il pourra rentrer. « Assez de conflit, assez de sang versé. Tout ce dont je rêve aujourd’hui, c’est de paix et de stabilité. Ce que nous avons vécu est pire que les deux guerres mondiales réunies, pire que ce que l’on a pu lire dans nos livres d’histoire. Il y en a assez. »

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les bombardements détruisent des infrastructures essentielles et empêchent de répondre à la pandémie de COVID-19
©T. Mayer / HI
Mines et autres armes

Les bombardements détruisent des infrastructures essentielles et empêchent de répondre à la pandémie de COVID-19

Alors que la pandémie mondiale vient ajouter aux souffrances causées par les bombardements dans les zones habitées, elle a aussi mis un coup d'arrêt aux négociations internationales pour l’adoption d’une déclaration politique à ce sujet. Les États se sont réunis en ligne le 7 septembre pour le forum « Protéger les civils lors des combats en zone urbaine » afin de ne pas briser l’élan et de réactiver le processus diplomatique.

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants

Ce jeudi 24 septembre, l’Union européenne distingue Humanité & Inclusion (HI) à deux reprises, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation (E.C) pour "une Aide Humanitaire High-Tech et Durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

 

Rien n’arrête le vaillant Anowar !
Nicolas Axelrod - Ruom Collective
Secourir les déplacés/réfugiés

Rien n’arrête le vaillant Anowar !

Anowar, 8 ans, a perdu sa jambe dans un accident de la route dans le camp de réfugiés Rohingyas de Kutupalong où il vit avec sa famille.