Go to main content
 
 

Johana, 25 ans : leader d’une équipe de 6 démineurs

Mines et autres armes
Colombie

Johana, 25 ans, démine les terres polluées de la Colombie depuis quatre ans. Le regard assuré, elle coordonne une équipe de 6 démineurs de Handicap International (HI), qui ont parfois près de vingt ans de plus qu’elle. Interview.

Johana, démineuse | ©Jules Tusseau/HI

Pourquoi es-tu devenue démineuse ?

Petite, je rêvais d’être docteur. Soigner les gens, les aider. J’ai arrêté le collège à 15 ans. A 18 ans, je suis devenue maman. Et puis, j’y ai pensé concrètement. J’ai été fort marquée par la violence liée au conflit qui a touché notre pays durant de longues années. J’ai travaillé plusieurs années avec une organisation de déminage américaine, puis j‘ai postulé pour Handicap International. Et depuis 2017, je suis leader d’une équipe de 6 démineurs dans le département du Cauca, à Cajibío. En quatre ans, j’ai trouvé quatre mines. C’est un travail de fourmi, qui demande beaucoup de patience et de précision.  

Quel est ton rôle?

Je dois superviser le travail des démineurs : m’assurer qu’ils gardent leur casque, vérifier qu’ils respectent les distances réglementaires entre eux, qu’ils creusent la terre patiemment, etc. Je coordonne leur travail. Je dois aussi vérifier qu’ils sont en bonne santé et en bonne forme psychologique car c’est un travail qui nécessite une concentration intense.

Où ont été menées les premières opérations de déminage ?

On a commencé les opérations en juillet dans la municipalité de Cajibío (Cauca), en déminant un terrain de 411 m2 situé le long de l’autoroute panaméricaine. Un travail qui s’est avéré complexe : le bruit de la route rendait inaudible le signal des détecteurs de métaux, et la présence de déchets métalliques ne nous a pas permis d’utiliser ces détecteurs. Les démineurs ont dû couper les herbes et creuser la terre à la main, ce qui a rendu la tâche longue et fatigante. On a détruit un engin explosif improvisé, c’était une vraie fierté pour l’équipe. On contribue à sauver des vies. 

Comment gères-tu la peur au quotidien ?

La peur ? Elle est là, tout le temps. Il faut surtout respecter les consignes de sécurité. Y aller pas à pas. Prendre son temps, ne pas se précipiter. Je suis confiante.

Etre démineuse, épouse et maman, une combinaison évidente ?

Non, ce n’est pas facile. Je vois mes enfants et  mon mari, Dio Medis, démineur dans la municipalité de Corinto, toutes les six semaines. Ma sœur garde nos enfants. Ils pleurent souvent, ils me réclament. Je les appelle tous les jours. Ils me manquent terriblement. Mais je pense à leur avenir. Si je suis ici, c’est aussi et avant tout pour eux.

Se faire respecter en tant que femme, leader et démineuse, un défi ?

Etre responsable d’une équipe, c’est toujours un challenge. Mais pas plus que si j’étais un homme. On me respecte pour mes compétences : être claire, pertinente, ferme, à l’écoute. Beaucoup de personnes pensent qu’une femme ne peut pas donner des directives à un homme. Dans mon équipe, il y a des démineurs beaucoup plus âgés que moi, qui ont été soldats. On se respecte mutuellement. Il faut avant tout être crédible. 

Si tu n’étais pas démineuse, tu serais…

Fleuriste. Il y a le même contact avec la nature. La volonté de protéger notre terre et d’en faire quelque chose de beau.


 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Entrevue avec Laurie Druelle, Responsable des partenariats pour la Réduction de la Violence Armée
(c) HI
Mines et autres armes

Entrevue avec Laurie Druelle, Responsable des partenariats pour la Réduction de la Violence Armée

Laurie Druelle est Responsable des partenariats pour la Réduction de la Violence Armée. Ayant rejoint HI en mars 2019, Laurie supervise depuis lors les activités d'éducation aux risques au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est. Fraîchement revenue d'Irak, nous lui avons posé quelques questions.

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées
© HI
Mines et autres armes

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées

Le lundi 18 novembre, aux Nations unies à Genève, les délégations d’États, les militaires, les agences des Nations Unies et la société civile se réuniront pour entamer des discussions sur une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives dans les zones habitées.

« De nombreux Vénézuéliens réfugiés en Colombie sont très fragilisés émotionnellement et psychologiquement »
© Juan Manuel Vargas/HI
Urgence

« De nombreux Vénézuéliens réfugiés en Colombie sont très fragilisés émotionnellement et psychologiquement »

Gregory Le Blanc, directeur de HI en Colombie, témoigne au sujet de la situation des Vénézuéliens réfugiés en Colombie et décrit l’intervention d’urgence menée par HI.