Go to main content

Khembro et Nirmala, les sourires du Népal qui se reconstruit

Réadaptation
Népal

Khendo et Nirmala, 8 ans toutes les deux, font partie des victimes du tremblement de terre qui a ravagé le Népal le 25 avril 2015. Huit mois après, les deux fillettes sont inséparables et continuent courageusement de se reconstruire avec l’aide de Humanité & Inclusion (HI). Une belle histoire d’amitié née d’une terrible épreuve.

Nirmala et Khembro

Nirmala et Khendo, victimes du tremblement de terre au Népal. | © Lucas Veuve / HI

Le 25 avril 2015, la terre tremble au Népal. Un séisme dévastateur redouté depuis longtemps dans la région et qui affectera 8 millions de Népalais. Plus de 8 000 morts et 22 000 blessés. Parmi eux, Khembro et Nirmala, 8 ans toutes les deux, doivent être amputées d’une jambe. Elles ne se connaissaient pas avant de se rencontrer à l’hôpital. Rapidement, le courant passe entre les deux fillettes, qui trouvent dans cette nouvelle amitié complice un formidable moteur pour surmonter ensemble cette terrible épreuve.

 

Sudan Rimal, physiothérapeute pour HI, qui les suit depuis le premier jour : « Au début, Khendo était très méfiante, elle refusait de faire les exercices de physiothérapie. Nous avons décidé de nous occuper des deux petites filles ensemble. Grâce à son amitié avec Nirmala, Khendo a évolué et fait preuve de beaucoup de volonté. Elle a progressivement accompli d’immenses progrès. »

En octobre dernier, Khendo et Nirmala ont reçu une prothèse. Depuis, elles poursuivent leurs séances de réadaptation au National Disabled Fund. Elles séjournent avec des membres de leur famille dans un appartement au confort rudimentaire, à Katmandou. Chaque jour, elles reçoivent la visite d’un professeur particulier à domicile. Dans quelques temps, elles pourront retourner à l’école.

« Je veux devenir infirmière ! » « Et moi actrice ! »

« Nous ne pensions pas que Khendo remarcherait un jour. C’est magique. Sans le soutien de HI, nous n’aurions jamais pu lui offrir ces soins. Notre petite fille a beaucoup changé. Elle est moins timide et parle plus facilement », confie son oncle.

Khendo sourit : « Je veux aller à l’école, apprendre et être infirmière. J’aimerais devenir quelqu’un de "plus grand" ». Nirmala l’imite : « Je serai actrice ! », s’exclame-t-elle joyeusement, le regard plein de fierté.

Nirmala nous raconte son histoire dans une minisérie!

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

La pire crise humanitaire au monde
© Camille Gillardeau / HI
Réadaptation Urgence

La pire crise humanitaire au monde

HI intervient dans 8 centres de santé et hôpitaux à Sana’a, capitale du Yémen, pour apporter des soins en réadaptation, une aide psychologique et distribuer des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.). Le conflit et le blocus imposé en novembre 2017 par la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite ont des effets dévastateurs pour la population. Maud Bellon, directrice des programmes de HI au Yémen décrit la situation.

Victime d'une mine à athlète paralympique
© Bas Bogaerts / HI
Réadaptation

Victime d'une mine à athlète paralympique

Flavio fait partie des milliers de victimes des mines en Colombie. Il a perdu sa jambe, mais peut se déplacer en toute autonomie grâce à la prothèse qu'il a reçue de Humanité & Inclusion. Et ses pas le conduisent souvent à la piscine, car Flavio est un nageur de compétition qui brigue une participation aux Jeux paralympiques.

Zena, secouriste volontaire, est touchée par une balle et perd la vue
© HI
Réadaptation Urgence

Zena, secouriste volontaire, est touchée par une balle et perd la vue

Lors des manifestations à Gaza, Zena se rendait sur place pour secourir les blessés. Jusqu’au jour où elle a été touchée par une balle. Ayant perdu l’usage d’un œil, c’est à son tour d’être aidée… : HI lui apporte des soins et un suivi psychologique