Go to main content
 
 

L'héritage meurtrier des guerres en Irak

Mines et autres armes
Irak

HI démine en Irak des zones contaminées par le conflit récent avec le groupe État islamique, soit lors de la guerre Iran-Irak dans les années 80.

L'équipe de démineurs kurdes à Kalar, Irak

L'équipe de démineurs kurdes à Kalar, Irak | ©Oriane van den Broeck / HI

Depuis le début de leurs activités en Irak en 2016, les équipes de déminage HI se concentrent sur Jalawlah, dans le gouvernorat de Diyala. Depuis 2017, l’équipe de déminage HI étend ses opérations au gouvernorat de Kirkouk.

Permettre le retour des populations civiles 

Le gouvernorat de Diyala accueille actuellement environ 115  000 personnes déplacées, ayant fui les violences à l’intérieur du pays. Depuis l’année dernière, les civils commencent à regagner leur ville d’origine. Pour permettre ce retour dans un environnement sûr, une intervention d’urgence était nécessaire. Le groupe Etat Islamique a posé un nombre considérable d’engins explosifs improvisés, contaminant les terres et les zones urbaines. L’ampleur de la contamination est sans précédent dans l’histoire du déminage : il y a en moyenne à plus de 300 incidents causés par des engins explosifs improvisés chaque mois. Dans le gouvernorat de Kirkouk, HI a déminé 322 126 mètres carrés, soit l’équivalent de 44 terrains de foot, ce qui représente 1 719 engins explosifs détruits. 

Un défi technique 

Les mines artisanales et les pièges explosifs représentent un véritable défi technique : L’équipe a suivi un entrainement spécial pour les  repérer et les mettre hors d’état de nuire. 

L’impact toujours pesant de la guerre irano-irakienne 

Les équipes HI dépolluent les terres contaminées par la guerre de 1980 à 1988 entre l’Irak et l’Iran. Les démineurs décontaminent en ce moment un terrain situé à 3 kilomètres du village de Gorashala (gouvernorat de Diyala). Ils y ont trouvé une vingtaine de mines antipersonnel, des détonateurs et des munitions non-explosées. La route qu’ils empruntent porte encore des traces d’obus datant du conflit.
Pour trouver les mines antipersonnel, les démineurs utilisent des détecteurs de métaux. L’autorité anti-mines est ensuite en charge de l’explosion des engins explosifs trouvés par HI.

Une menace constante 

HI mène des campagnes de sensibilisation aux dangers des mines auprès de la population locale. Les accidents sont plus rares. Cependant, des bergers continuent de faire traverser leurs troupeaux sur des terres déclarées contaminées. Il arrive également que des personnes s’improvisent démineurs, pour réutiliser ou revendre l’explosif des mines antipersonnel. HI continue donc ses actions d’information. 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul Ouest : ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Réadaptation Urgence

Mossoul Ouest : ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul, dans la province de la Ninive, a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives (bombardements, pose de mines artisanales, etc.) a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps.

 

Des drones au service du déminage
© HI
Mines et autres armes

Des drones au service du déminage

Depuis janvier dernier, HI et son partenaire Mobility Robotics expérimentent l’utilisation de drones pour appuyer les démineurs à Faya-Largeau, au Nord du Tchad.

Une machine pour déminer le Nord du Tchad
© HI
Mines et autres armes

Une machine pour déminer le Nord du Tchad

Au côté des 50 démineurs en action au Tchad, HI utilise une machine téléguidée, une GCS 200, pour déminer de grandes surfaces en temps record.