Accès direct au contenu

« L’urgence : faciliter les distributions humanitaires »

Urgence
Bangladesh

Plus de 600 000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh depuis le 25 août dernier, fuyant la Birmanie voisine. Handicap International a mis en place un ensemble d’actions d’urgence pour aider les réfugiés qui ont fui dans le dénuement le plus total. Emmanuel Pajot, coordinateur de la plateforme logistique, est sur place depuis deux semaines pour étudier les problématiques logistiques et de distribution d’urgence. II décrit une situation humanitaire complexe.

Handicap International possède un van équipé et de 7 équipes mobiles circulant parmi les réfugiés pour dispenser soins en réadaptation, psychologiques, informations sur les services existants. | © R. Dejito/Handicap International

« Un méga camp »

« Le camp de Kutupalong, que nous appelons le « méga camp » à cause de sa taille, accueille maintenant plus de 500 000 personnes, au sud-est de Cox Bazar. Ce camp existe depuis les années 1980 et comptait déjà 300 000 réfugiés mais depuis fin août, il a absorbé plus de 200 000 nouveaux arrivants qui s’installent là où ils peuvent. Les conditions d’accessibilité et de transports sont très compliquées : les derniers arrivés sont les plus éloignés des voies d’accès, parfois à plusieurs kilomètres de la route principale. Et il n’y a aucun espace aménagé pour les distributions humanitaires à l’intérieur de ce vaste camp.

Comment effectuer les distributions ?

Certaines personnes sont mobiles et peuvent se déplacer à un point de distribution, qui se fait le plus souvent au bord de la route, mais d’autres non, pour des questions d’âge, de capacité physique, etc. Puis, il y a des personnes qui ont peur de se perdre ! Comme toutes les tentes se ressemblent, qu’il n’y a aucune organisation ou signalisation, le risque de ne pas retrouver son abri au milieu de 600 000 personnes est réel.

Entrepôt et conditionnement

Handicap International, via son projet Atlas Logistique, installe deux espaces de plusieurs centaines de m2, l’un à proximité du méga-camp de Kutupalang (600 000 réfugiés), le second à un kilomètre de l’entrée du camp d’Unchiprang (30 000 réfugiés). Objectif : assurer le stockage et le conditionnement des biens humanitaires destinés aux bénéficiaires. Handicap International assurera par la route, l’acheminement des articles et produits humanitaires pour qu’ils puissent parvenir aux réfugiés.

Pourquoi faire du conditionnement ?

Peu d’ONG ont actuellement le droit d’importer des biens. Elles achetent les produits au Bangladesh, qu’elles doivent ensuite réunir en kits pour faciliter les distributions. Ce service que Handicap International met à disposition des ONG facilitera grandement les distributions d’urgence. 

 

Gérer l’eau des latrines à Uchinpran

Les conditions sanitaires des réfugiés sont effroyables : dans le camp de Huchinpran, qui accueille 30 000 réfugiés, rien n’est prévu pour l’écoulement de l’eau des latrines. Les eaux noires se repandent sur le sol, dans les rivières où les familles viennent puiser de l’eau… Dès qu’une latrine, le plus souvent construite à la hâte, est pleine, on en construit une autre, et ce alors que l’espace est très contraint… Il faudrait des zones d’épandage mais pour l’instant, les ONG n’ont pas l’aval des autorités pour mettre en place ces solutions techniques…

 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

 Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.

HI sous le choc devant l’ampleur des besoins de réadaptation à Beyrouth
© Anwar AMRO / AFP
Urgence

HI sous le choc devant l’ampleur des besoins de réadaptation à Beyrouth

Les blessures provoquées par les énormes explosions qui se sont produites mardi à Beyrouth comprennent des brûlures, des fractures et des amputations, en plus des milliers de blessures mineures et majeures causées par le verre brisé. 500 personnes auront probablement besoin d'une rééducation physique pour se rétablir.

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de HI.
© Mikhail Alaeddin / Sputnik /AFP PHOTO
Urgence

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de HI.

Les scènes de dévastation qui ont suivi une énorme explosion à Beyrouth ne laissent aucun doute quant aux besoins immédiats et urgents des plus de 4 000 personnes blessées. L'équipe d'experts de Humanité & Inclusion (HI) déjà basée dans le pays est prête à ceux qui en ont besoin.