Go to main content

La logistique pour faciliter l’accès à l’aide humanitaire

Urgence
Bangladesh

Pour faire face aux difficultés d’acheminement de l’aide humanitaire, dans le district de Cox’s Bazaar, frontalier de la Birmanie, Handicap International (HI) a dépêché au Bangladesh Emmanuel Pajot, coordinateur de la plateforme logistique. L’objectif est de proposer[1] des solutions logistiques aux organisations humanitaires afin d’améliorer la prise en charge des 600 000 réfugiés qui sont présents dans ce secteur.

 

[1] via son projet Atlas Logistique 


 
Carte de la situation humanitaire au Sud-Est du Bangladesh faite par World Food Programme

Carte de la situation humanitaire au Sud-Est du Bangladesh faite par World Food Programme | World Food Programme

« Pour bien comprendre les problèmes auxquelles les organisations humanitaires font face au Bangladesh, il faut avoir la géographie du district de Cox’s Bazaar en tête : une route presque unique, de capacité assez faible et qui correspondrait chez nous à une route de campagne, longe un estuaire du Nord au Sud, qui délimite la frontière avec la Birmanie. C’est sur cette route que se sont installés les réfugiés, afin de profiter des distributions humanitaires qui se font sur cet axe de communication.

« Deux problèmes se posent à nous : avec les nombreux véhicules qui y circulent, avec la présence des milliers de réfugiés sur ses abords, la route est engorgée et les distributions d’aide humanitaire ont de plus en plus de mal à se faire. Deuxièmement, les personnes qui ont du s’installer un peu plus loin des routes n’ont bien souvent pas accès à ces distributions.

« De plus, avec la saison des pluies qui commence, les routes peuvent se retrouver facilement inondées, le bitume est rapidement endommagé - chose fréquente dans cette région du monde où les intempéries abiment fréquemment les infrastructures. Ce qui complique encore plus les déplacements…

« A l’heure actuelle, on constate un véritable embouteillage au Nord de cet axe routier, à l’entrée de l’estuaire. Notre stratégie, que je vais tenter de vérifier avec la mission que je vais mener sur place à partir de vendredi, est la suivante : déployer le transport de l’aide humanitaire à partir de la pointe sud du district, où nous aurons identifiés des zones de stockage et tout un ensemble de transporteurs locaux (fluviaux et routiers) le long de cet axe stratégique, en remontant vers le Nord.

« Nous souhaitons proposer une solution logistique aux associations humanitaires dans les deux semaines. Mon rôle va consister sur place à analyser les capacités des infrastructures et de transports (pontons, ports, bateaux, camions, etc.) et à recenser les prestataires potentiels. En somme, établir un carnet d’adresses. » 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Séisme Haïti : 9 ans plus tard, HI assure toujours l’accès aux services de réadaptation aux plus vulnérables
© William Daniels / HI
Inclusion Réadaptation Urgence

Séisme Haïti : 9 ans plus tard, HI assure toujours l’accès aux services de réadaptation aux plus vulnérables

Au chevet des victimes dès le lendemain du séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, HI poursuit ses actions, notamment afin d’assurer des services de réadaptation de qualité.

Une journée dans le camp d'Ukhiya, où vivent 625 000 réfugiés rohingyas
© Abir Abdullah/HI
Secourir les déplacés/réfugiés

Une journée dans le camp d'Ukhiya, où vivent 625 000 réfugiés rohingyas

Nous arrivons à Cox’s Bazar, un port de pêche du sud-est du Bangladesh, dont la plage de 120 km fait la joie de Bangladais plus aisés. Paradoxalement, cette petite station balnéaire est aussi un point d’ancrage pour les expatriés qui travaillent dans les camps de réfugiés établis juste à côté. Après vingt heures d’avion, dix heures de transit, quatre aéroports et un tour de tum tum (version bangladaise du tuk tuk), je ne suis pas fâché d’être enfin arrivé à l’hôtel pour prendre un peu de repos. Demain, ce sera ma première journée dans un camp de réfugiés. Dans le secteur d’Ukhiya, 625 000 personnes sont entassées en attendant de meilleurs jours.

« Je n’ai pas d’autre ambition que d’être en bonne santé »
© Ayman / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

« Je n’ai pas d’autre ambition que d’être en bonne santé »

Ali a trente ans. Un traumatisme crânien et une fracture du tibia droit lui ont presque fait perdre l’usage de ses jambes. Grâce à HI, il parvient de nouveau à se déplacer seul.