Go to main content
 
 

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Droits Inclusion Urgence
International

Pour la toute première fois, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Il s'agit d'une amélioration historique pour les personnes handicapées, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.

Un homme déplacé de Mossoul qui a perdu sa jambe lors d'un tir d'artillerie. Il est bénéficiaire de services de soutien psychosocial et il a reçu une tente. Camp Khazer M1.

Un homme déplacé de Mossoul qui a perdu sa jambe lors d'un tir d'artillerie. Il est bénéficiaire de services de soutien psychosocial et il a reçu une tente. Camp Khazer M1. | © Martin Crep/HI

La résolution des Nations unies affirme que l'impact des conflits sur les personnes handicapées est particulièrement grave. Toutes les parties à un conflit doivent protéger les civils, y compris les personnes handicapées, des effets de la guerre. Les organisations humanitaires doivent prendre en compte les besoins des personnes handicapées et leurs observations dans la définition de l'aide humanitaire.

Personnes à risque

« Cette résolution constitue un pas en avant pour les personnes handicapées qui sont particulièrement à risque pendant les conflits et qui peuvent être parfois malencontreusement exclues de l'aide humanitaire. Tous les civils, y compris les personnes handicapées, doivent être protégés pendant les hostilités. Nous devons réduire les difficultés que les personnes handicapées rencontrent lorsqu'elles fuient les combats, qu'elles cherchent à se protéger des violences et qu'elles veulent accéder aux services humanitaires »,

déclare Elena Bertozzi, chargé du plaidoyer de HI.

Les violences pendant un conflit ont un impact désastreux sur les personnes déjà handicapées ; elles causent aussi des blessures qui peuvent engendrer des handicaps nouveaux. Une étude de HI et iMMMAP[1]  montre que plus de 60 % des ménages de réfugiés syriens comprennent une personne handicapée, et 1/5 des réfugiés au Liban et en Jordanie ont un handicap.

La guerre, cause des déficiences

Plus de 1,3 million de personnes avec des besoins humanitaires en Syrie vivent avec un handicap, et ce nombre ne cesse d’augmenter[2]. Selon une évaluation récente réalisée à Alep Ouest, Idleb et Raqqa, 30 % des adultes du nord de la Syrie sont handicapés, soit le double de la moyenne mondiale (15 %). De nombreux nouveaux cas de traumatismes liés ou non au conflit entraînent chaque mois des milliers de déficiences qui nécessiteront des soins de réadaptation physique à long terme. [3]    

Une étude réalisée[4]  en décembre 2018 par les ONG et les Nations unies sur l'accès aux soins de santé dans le nord de la Syrie a révélé que la prévalence des blessures liées à la guerre variait entre 56 % des répondants handicapés à Idleb et 11 % à Ar-Raqqa. Parmi ces répondants, plus de 95 % ont déclaré que leur blessure avait contribué à leur incapacité.

Détresse psychologique[5]

En Jordanie, 80 % des Syriens blessés par armes explosives ont exprimé des signes de détresse psychologique élevée, 66 % d'entre eux ne peuvent pas accomplir les activités quotidiennes essentielles en raison de leurs sentiments de peur, de colère, de fatigue, de désintérêt et de désespoir. 65 % étaient tellement bouleversés qu'ils évitent les lieux, les gens, les conversations ou les activités qui leur rappellent cet événement traumatique.

Une Charte sur l'inclusion des personnes handicapées dans l'action humanitaire

En mai 2016, HI et plusieurs organisations partenaires ont lancé une Charte pour l'inclusion des personnes handicapées dans l'action humanitaire. Elle a été approuvée par plus de 220 États, ONG et organisations de personnes handicapées, institutions internationales, agences des Nations unies, États membres et donateurs. HI appelle à une mobilisation continue pour faire de l'inclusion une réalité pour toutes les personnes handicapées vivant dans une situation de crise.

« Les Etats et les organisations humanitaires doivent être à l'écoute des personnes handicapées et tenir compte de leurs besoins, par exemple en matière d'accessibilité lors du lancement de plans de reconstruction post-conflit... »,

déclare Elena.

 


[1] L’étude réalisée en 2017-2018 a donné lieu à deux rapports et un tableau de bord qui fournit des données statistiques sur les personnes handicapées parmi le réfugiés syriens et leur accès à l’aide humanitaire.

[4] PRD-WG and REACH, 2018, Disability and Access to Health Care in Syria: Western Aleppo, Idleb and Ar-Raqqa.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »

Moïse avait quatre ans lorsqu’il a perdu sa jambe gauche suite au séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010.

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, HI a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.   

 

Plus de 300 personnes à la 1ere édition de Corps&grapHIes
© Adèle Pasquin/HI
Inclusion

Plus de 300 personnes à la 1ere édition de Corps&grapHIes

Pour souligner la Journée internationale des personnes handicapées le 3 décembre dernier, Humanité & Inclusion Canada a organisé un spectacle de danse qui a mis au premier plan les défis que doivent relever les personnes en situation de handicap.