Go to main content
 
 

« Le groupe d’entraide me redonne espoir »

Réadaptation Santé
Liban

Abdel Kareem, 5 ans, est atteint de paralysie cérébrale. Grâce au partenariat de HI avec le centre de rééducation Mousawat, au Liban, un projet de santé mentale a pu être intégré au processus de réhabilitation. 

Abdel Kareem, 5ans, avec sa mère au centre de réhabilitation Mousawat

Abdel Kareem, 5ans, avec sa mère au centre de réhabilitation Mousawat | © Oriane van den Broeck / HI

Quelques mois après la naissance de son fils Abdel, Ibtissam s’est rendu compte que son fils n’avait pas les mêmes réactions que les autres bébés : il ne savait pas saisir des objets ; sa nuque ne tenait pas droit ; il ne savait pas s’asseoir tout seul et il était atteint de spasmes.

Accéder aux services de rééducation

Une fois la maladie neurologique de son fils diagnostiquée, Ibtissam s’est orientée vers divers centres de réhabilitation en vue de traiter son enfant : “Plusieurs centres ne m’ont pas accepté à cause de ma nationalité palestinienne. J’ai ensuite été guidée vers une clinique privée mais le coût des séances était bien trop élevé. C’est là qu’on m’a parlé de Mousawat et des services gratuits qui y sont proposés”, explique Ibtissam. Les séances de rééducation sont entièrement couvertes par HI. 

Des progrès visibles 

Depuis 2 ans, Abdel est suivi par l’ergothérapeute, la kinésithérapeute et l’orthophoniste du centre. Les spécialistes enseignent également à Ibtissam les exercices de rééducation à répéter à la maison. 
Grâce au traitement, le petit garçon ne cesse de faire des progrès : “Ses troubles physiques se sont nettement atténués. Il commence aussi à comprendre quand je lui parle ce dont il n’était pas capable auparavant. J’espère que dans le futur il sera capable de s’exprimer, par exemple, lorsqu’il a faim ou mal. J’aimerais qu’il puisse devenir de plus en plus indépendant”, confie Ibtisam. 

Le soutien psychologique 

Le psychologue guide Ibtissam dernière dans cette démarche. “Il me conseille sur la façon de communiquer avec mon enfant sans devenir nerveuse. J’ai appris à lui laisser plus d’espace pour être autonome. Je l’aide à ce qu’il s’adapte à son environnement”, ajoute-t-elle. 
Les parents des enfants traités au centre participent à un groupe d’entraide. Les mères ont l’occasion de partager leurs défis quotidiens et se soutiennent mutuellement :

“J’ai appris que même si mes proches n’acceptaient pas mon fils, je devais faire mon possible pour l’y inclure. Aujourd’hui, par exemple, je laisse Abdel Kareem jouer avec les enfants de son âge. Ce groupe d’entraide m’a redonné espoir”

conclut Ibtisam.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »

Moïse avait quatre ans lorsqu’il a perdu sa jambe gauche suite au séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010.

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, HI a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.   

 

HI soutient les victimes de la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

HI soutient les victimes de la guerre

Après un bombardement au Nord du Yémen, Abdulrahmam a eu le bras droit fracturé avec des lésions vasculaires qui ont entraîné une gangrène. Il a dû être amputé. HI est à ses côtés.