Go to main content

« Mon engagement m’a sorti de ma dépression » Fadi, 34 ans

Mines et autres armes Prévention
Syrie

Fadi a 34 ans et vit en Syrie. Depuis plus d’un an, il travaille au sein de l’équipe d’éducation aux risques du partenaire de Handicap International, dans le sud du pays. Victime d’une arme explosive et désormais amputé d’une jambe, il veut témoigner des risques que ces engins peuvent représenter.

Fadi anime une session avec des enfants

Fadi anime une session avec des enfants | © Handicap International

Fadi est de ces personnes qui prennent en main leur destin, en dépit des difficultés de la vie. Il y a quelques années, une explosion lui a fait perdre une jambe mais il a décidé de faire de cette terrible expérience une leçon pour le monde. En 2015, il a rejoint l’équipe partenaire de Handicap International, d’abord en tant que bénévole, puis en tant qu’agent de sensibilisation aux risques. Chaque jour, il intervient dans les écoles, les mosquées ou à domicile, pour les informer des dangers liés aux armes explosives. « Le fait que je sois une victime de ce type d’engin rend mon discours plus crédible lorsque j’anime une session. Souvent, les enfants touchent ma jambe et ils comprennent la gravité et l’effet que ces armes ont sur les gens. Ils écoutent alors attentivement les conseils que je peux leur donner », explique Fadi.

Aujourd’hui, Fadi est heureux de pouvoir faire ce travail et d’aider les autres. Mais il admet que le chemin de la convalescence a été long. « Après mon accident, j’ai souffert d’une sévère dépression. Je ne voulais plus sortir, je restais enfermé chez moi. C’est grâce à mon frère que j’ai retrouvé espoir. Il m’a forcé à sortir et à m’impliquer dans les actions que mène le partenaire de Handicap International dans la région. Mon engagement m’a sorti de ma dépression », raconte-t-il.

« Cela fait un an que je travaille avec cette association. Ce qui me motive, c’est de transmettre un message aux gens que je rencontre. Notre action est extrêmement importante car avec cette guerre qui s’éternise, certaines personnes commencent à rentrer chez elles alors que leurs villes sont contaminées par des armes explosives. Nous devons nous assurer qu’elles savent prévenir les dangers auxquelles elles peuvent être confrontées. »

Fadi et ses collègues sensibilisent une vingtaine de personnes quotidiennement aux risques des mines et engins explosifs. « Nos sessions font une vraie différence », explique-t-il. « Parfois, avant nos séances,  les personnes que nous rencontrons n’ont aucune idée de ce à quoi elles s’exposent. Je suis heureux quand elles me remercient pour les informations que je peux apporter. » Pour Fadi, le vrai succès de cette initiative se retrouve dans l’implication des gens qu’il sensibilise : « Il arrive que des enfants viennent me voir et me montrent des photos d’une zone qu’ils pensent dangereuse. C’est à ce moment-là que je réalise que notre action fonctionne, qu’ils ont bien intégré notre message. »

Animé par l’envie d’aider, Fadi a trouvé sa vocation et ne compte pas s’arrêter là. « Je continuerai à faire ce métier jusqu’à ce que cette guerre se termine et que notre pays soit débarrassé des dangers des armes explosives. » Depuis le début de son action en Syrie, Handicap International a permis à des agents comme Fadi de sensibiliser plus de 135 000 personnes aux risques des armes explosives et des mines. L’association vient aussi en aide aux victimes de ces engins, à travers des sessions de réadaptation, de l’appareillage en prothèses et orthèses et des distributions d’aide à la mobilité.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Idleb – Le risque d’une catastrophe humanitaire Urgence

Idleb – Le risque d’une catastrophe humanitaire

Alors qu'une offensive militaire majeure est peut-être en préparation dans la région d'Idleb, HI appelle les parties au conflit à protéger les civils et à permettre un accès humanitaire total et sans entraves. 

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Mines et autres armes Prévention

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. HI protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015
© Z. Johnson / HI
Mines et autres armes

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de la convention, qui a été signée par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.