Go to main content

Ne pas laisser les personnes handicapés de côté

Insertion

Handicap International (HI) mène dans plusieurs pays des actions destinées à améliorer la prise en compte des personnes handicapées et des personnes vulnérables par les organisations humanitaires lors de leurs interventions : sensibilisation, formation, audit des projets et accompagnement lors de leur mise en œuvre.... Ainsi au Liban, HI a soutenu, à la demande de l’Unicef, ses partenaires pour mieux inclure les personnes handicapées dans tous les projets d’hygiène et d’assainissement destinés aux réfugiés syriens. 

Ahmed, huit ans,est atteint de paralysie cérébrale | © Elisa Fourt / HI.

 Pourquoi de la sensibilisation à l’inclusion ?

Lors des opérations humanitaires, les personnes handicapées et les personnes vulnérables – comme des personnes âgées, à mobilité réduite, des enfants ou des femmes isolées, etc. – rencontrent des difficultés pour accéder à l’aide et peuvent se trouver de fait discriminées.

HI pour l’Unicef

Cette année, HI est intervenue auprès d’une dizaine de partenaires de l’Unicef dont Action contre la faim, Solidarité International, World Vision autour de Tripoli, de Zahlé et dans le Sud du pays le long de la frontière syrienne… L’association a mené 37 sessions de formation sur le handicap et l’inclusion[1] pour un total de 230 personnes.

« Nous avons également formé des travailleurs humanitaires pour qu’à leur tour, ils fassent de la formation au sein de leur ONG et dans les communautés concernées. Et nous avons sensibilisé 500 réfugiés syriens volontaires pour qu’ils soient vigilants au sein de leurs communautés sur ces questions… », explique Sien Andries, conseillère technique sur l’inclusion pour HI.

Sensibiliser au handicap

« Les formations commencent par expliquer les processus d’exclusion à l’œuvre lors de la mise en place de programmes humanitaires, continue Sien. Cela nous amène à identifier ensemble, avec les participants de la formation, les barrières qui excluent les personnes handicapées et toutes personnes vulnérables. »

Par exemple, des poignées de porte trop hautes, des escaliers qui sont un obstacle pour accéder à un bâtiment… Pour aller chercher de l’eau, on va demander aux participants de la formation d’envisager le parcours d’une personne handicapée dans sa totalité : sortir de chez soi, prendre un chemin, s’approcher du point d’eau… Où sont les obstacles pour une personne en fauteuil roulant avec des béquilles ou à mobilité réduite parce qu’âgée ? 

Des standards de construction pour l’inclinaison d’une rampe d’accès, pour la largeur des portes, la hauteur des poignées de porte, etc., existent. Ils ont mis à disposition des ONG pour rendre toute infrastructure accessible.   

Accompagner les ONG

HI a également accompagné les ONG partenaires de l’Unicef dans la mise en œuvre de leur projet : 150 missions d’accompagnement ont ainsi donné lieu à 42 recommandations terrains pour la construction des infrastructures sanitaires comme des points d’eau, des latrines… pour qu’elles soient utilisables par des personnes handicapées : « Les latrines et les points d’eau sont souvent construits dans l’urgence, sans penser aux personnes handicapées et groupes à risque d’exclusion. Le cas typique, c’est le point d’eau avec une margelle : une personne en fauteuil roulant ne peut pas approcher la pompe à cause de la marche, précise Sien. Parfois les solutions sont très simples, comme installer une corde entre la maison et les latrines permettant à une personne malvoyante d’aller aux toilettes. »

Prendre conscience

La première étape pour HI consiste à faire prendre conscience par les humanitaires qu’il y a un problème, que les personnes handicapées peuvent se trouver complètement marginalisées de l’aide sans qu’on s’en aperçoive… 

Charte pour l’inclusion des personnes handicapées dans l’aide d’urgence

En mai 2016, Handicap International a été fortement impliquée dans le lancement la Charte pour l’inclusion des personnes handicapées dans l’aide d’urgence. Plus de 150 Etats, organisations humanitaires, bailleurs et réseaux associatifs l’ont déjà rejointe. La Charte appelle toutes les institutions impliquées dans l’aide humanitaire à faire évoluer leurs pratiques pour mieux inclure les personnes handicapées, les faire participer aux décisions et assurer que les services humanitaires soient réellement pour tous. Aujourd’hui, nous souhaitons que plus d’Etats et d’organisations humanitaires rejoignent cette charte et mettent pleinement en œuvre ses principes.

 

[1] Inclusion : ensemble de pratiques visant à prendre en compte les personnes handicapées et intégrer les personnes handicapées dans l’aide humanitaire, la vie, scolaire, sociale et professionnelle...

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI inaugure la toute première aire de jeu de Teknaf, au Bangladesh
© S. Ahmed / HI
Insertion Secourir les déplacés/réfugiés

HI inaugure la toute première aire de jeu de Teknaf, au Bangladesh

HI et la Fondation IKEA ont construit et ont officiellement inauguré la toute première aire de jeu de la région de Teknaf, au Bangladesh. Depuis lors, le site est toujours rempli d’enfants. « Les besoins étaient grands en raison du manque de place. Les enfants peuvent désormais évoluer dans un monde différent, sûr et adapté aux enfants. »

Grâce à son tricycle, Emmanuel peut se rendre à l’école tout seul
© HI
Insertion

Grâce à son tricycle, Emmanuel peut se rendre à l’école tout seul

Emmanuel a douze ans. Paralysé des deux jambes, il peut se rendre à l’école depuis que Humanité & Inclusion (HI) lui a fourni un tricycle. Dans ce pays ravagé par les conflits, l’association aide les personnes handicapées contre les exclusions dont elles peuvent souffrir.

Reema : « Mon vœu le plus cher, retourner dans mon village et retrouver ma maman »
© Elise Cartuyvels/HI
Insertion Réadaptation

Reema : « Mon vœu le plus cher, retourner dans mon village et retrouver ma maman »

Reema, 14 ans, a été abandonnée à ses 6 ans. Atteinte de phocomélie à sa naissance (malformation congénitale), elle n’a pas marché pendant des années. Avec le soutien de HI, elle a reçu une prothèse et suivi des séances de réadaptation. Aujourd’hui, Reema va à l’école et s’entraine chaque matin pour devenir danseuse.