Go to main content

« Nous ne pourrons aller de l’avant que lorsque l’ensemble de la société sera pris en compte »

Insertion
Egypte

Cette année, Handicap International (HI) a lancé le projet « Idmag » en Egypte. L’association encourage l’inclusion des personnes handicapées dans le monde du travail. Kazem Hemeida gère ce projet et explique l’importance d’une telle initiative. 

Kazem, au centre d’information et de référencement Noor Al Sabah. | © Elisa Fourt / HI

Dans quel contexte travaillez-vous en Egypte ?

L’Egypte est un pays énorme et sa capitale est l’une des villes les plus peuplées du monde. Près de 20 millions de personnes habitent au Caire et dans sa banlieue. Plus de la moitié de cette population vit au sein de quartiers où l’accès aux services sociaux est limité et où les rues sont densément peuplées. Ces quartiers sont mal desservis et les habitants ont difficilement accès aux administrations locales. Cela complique l’intégration économique de la population. C’est d’autant plus vrai pour les personnes handicapées, qui sont marginalisées et vivent souvent dans des conditions précaires.

Est-ce qu’il y a beaucoup de personnes dans cette situation ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il y a entre 8 et 12 millions de personnes handicapées en Egypte. Le pays a ratifié la Convention relative aux droits des personnes handicapées mais les défis sont encore énormes pour répondre correctement aux besoins de cette population. Beaucoup d’employeurs essaient, par exemple, de contourner la loi les obligeant à employer au moins 5% de personnes handicapées, en payant ces personnes pour qu’elles restent chez elles. Et ceci n’est que l’un des obstacles rencontrés par les Egyptiens handicapés. Ils font aussi face à la discrimination, sont parfois sous-payés où sont confrontés à des lieux de travail qui ne leur sont pas accessibles. Tout cela limite les chances que devraient avoir les personnes handicapées de pouvoir participer à la vie économique et sociale égyptienne. 

Comment HI souhaite-t-elle répondre à leur besoin ?

Nous avons récemment lancé le projet « Idmag » (« Inclusion » en arabe) dans une zone populaire du Caire. C’est le premier projet du genre en Egypte : jusqu’ici, la plupart des organisations ne faisaient que payer les personnes handicapées pour subvenir à leurs besoins plutôt que de les encourager à accéder à un travail décent, à gagner leur vie et à jouer un rôle dans la société. Nous voulons assurer un accès équitable à l’emploi à tous, et encourager les personnes handicapées à trouver leur place dans le monde du travail. Nous essayons de créer un environnement favorisant l’emploi des personnes handicapées. A ce titre, nous avons mis en place des centres d’information et de référencement, permettant de faire des bilans de compétences et de les accompagner dans leur recherche d’emploi. Nous les mettons également en lien avec des employeurs potentiels. Et nous les encourageons aussi à engager davantage de personnes handicapées, en changeant leurs a priori et en leur montrant les bienfaits de l’inclusion.  

Comment encouragez-vous les entreprises à adopter une démarche plus inclusive ?

Nous leur exposons des cas de personnes handicapées qui travaillent et leur montrons des exemples concrets de ce qu’est l’inclusion et de ses succès. Nous proposons également des formations sur la thématique du handicap et de l’accessibilité et expliquons à ces employeurs comment ils rendre leur entreprise inclusive. Régulièrement, nous récompensons ceux qui s’engagent dans cette démarche avec nous, après avoir suivi l’une de nos formations. Nous établissons également des partenariats avec des chambres d’industries et des associations de chefs d’entreprises, pour essayer d’élargir le réseau professionnel vers lequel nous pouvons ensuite diriger les personnes handicapées à la recherche d’un travail. 

Pourquoi pensez-vous que l’inclusion est un défi de notre temps ?

Le futur va être fait de grandes transformations, que ce soit à un niveau international ou local. Il est essentiel, que cela soit pour les gouvernements, les entreprises ou les organisations de la société civile de coopérer et de tirer profit de notre diversité. Cela nous permettra de faire face aux challenges de notre époque tout en contribuant à un monde plus juste et équitable pour tous. Les personnes handicapées sont motivées, créatives et méritent de développer leur potentiel, comme chacun d’entre nous. Nous ne pourrons aller de l’avant que quand l’ensemble de la société sera pris en compte et aura accès aux mêmes opportunités et chances.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI inaugure la toute première aire de jeu de Teknaf, au Bangladesh
© S. Ahmed / HI
Insertion Secourir les déplacés/réfugiés

HI inaugure la toute première aire de jeu de Teknaf, au Bangladesh

HI et la Fondation IKEA ont construit et ont officiellement inauguré la toute première aire de jeu de la région de Teknaf, au Bangladesh. Depuis lors, le site est toujours rempli d’enfants. « Les besoins étaient grands en raison du manque de place. Les enfants peuvent désormais évoluer dans un monde différent, sûr et adapté aux enfants. »

Grâce à son tricycle, Emmanuel peut se rendre à l’école tout seul
© HI
Insertion

Grâce à son tricycle, Emmanuel peut se rendre à l’école tout seul

Emmanuel a douze ans. Paralysé des deux jambes, il peut se rendre à l’école depuis que Humanité & Inclusion (HI) lui a fourni un tricycle. Dans ce pays ravagé par les conflits, l’association aide les personnes handicapées contre les exclusions dont elles peuvent souffrir.

Reema : « Mon vœu le plus cher, retourner dans mon village et retrouver ma maman »
© Elise Cartuyvels/HI
Insertion Réadaptation

Reema : « Mon vœu le plus cher, retourner dans mon village et retrouver ma maman »

Reema, 14 ans, a été abandonnée à ses 6 ans. Atteinte de phocomélie à sa naissance (malformation congénitale), elle n’a pas marché pendant des années. Avec le soutien de HI, elle a reçu une prothèse et suivi des séances de réadaptation. Aujourd’hui, Reema va à l’école et s’entraine chaque matin pour devenir danseuse.