Go to main content
 
 

Pour des services humanitaires adaptés aux personnes handicapées dans le camp de Bentiu

Inclusion
Soudan du Sud

Le récent rapport de HI et IOM[1] établit un bilan de la situation au sein du camp de protection des civils de Bentiu, au Soudan du Sud : pour les personnes handicapées, les conditions de vie sont difficiles et les services humanitaires ne répondent pas suffisamment à leurs besoins. Des pistes d’amélioration sont proposées.


[1] IOM = International Organization for Migration

Bénéficiaire ayant reçu un fauteuil roulant dans un camp de déplacés près de Juba, Sud Soudan

Bénéficiaire ayant reçu un fauteuil roulant dans un camp de déplacés près de Juba, Sud Soudan | © Till Mayer / HI

Le Soudan du Sud, en pleine guerre civile, a contraint de nombreux Sud-Soudanais à se réfugier dans des camps comme celui de Bentiu. Plusieurs organisations humanitaires sont sur place pour venir en aide à la population, mais des améliorations sont encore nécessaires pour que la réponse humanitaire prenne en compte les besoins et les droits des personnes handicapées.

En effet, au sein du camp, où la vie de tous les résidents est déjà très précaire, les personnes handicapées sont particulièrement vulnérables. HI et IOM ont identifié sur place les facteurs de discrimination dont souffrent les personnes handicapées et ont établi des recommandations pour développer une réponse humanitaire plus inclusive.

Des conditions de vie encore plus difficiles pour les handicapés

Les personnes handicapées du camp de Bentiu ne peuvent pas profiter pleinement des infrastructures et des services humanitaires à disposition. Dans l’environnement du camp, plusieurs facteurs compliquent leur vie quotidienne : longues distances, infrastructures et routes inaccessibles, formats d’information inadaptés au handicap, discriminations… Pour 49% des personnes handicapées interrogées, la distance importante des fontaines et les chemins inappropriés font en sorte que l'accès à l’eau propre et potable est particulièrement difficile. Pour beaucoup, il est compliqué de se déplacer au sein même de leur abri. Et les enfants handicapés ne peuvent pas profiter des espaces de jeux dédiés aux enfants.

Malgré les files prioritaires  de distribution de nourriture prévues pour les personnes handicapées, celles-ci éprouvent quand même des difficultés à se nourrir en toute sécurité : il est compliqué de ramener leurs rations chez elles car les récipients sont inadaptés et leur sont souvent volés sur le chemin du retour.

Ces quelques exemples ne représentent qu’une infime partie des facteurs discriminants qui empiètent quotidiennement sur les conditions de vie des personnes handicapées au sein du camp.

Développer des services humanitaires inclusifs, c’est possible

Prioriser le financement de programmes inclusifs, adapter les infrastructures et  les sources d’information, améliorer les mécanismes de protection contre les comportements abusifs, chercher le soutien technique de représentants locaux et internationaux de la cause des personnes handicapées… sont autant de leviers d’action qui peuvent rendre les services humanitaires plus inclusifs.

Ainsi, les bailleurs de fond, les coordinateurs de camps et les organisations humanitaires peuvent faire en sorte que les personnes handicapées se sentent protégées et impliquées au sein de sites comme celui de Bentiu. En adaptant leurs activités pour répondre aux besoins des handicapés, les acteurs humanitaires optimiseront les services apportés auprès de la population dans les camps et contribueront à la mise en place d’une aide humanitaire inclusive et accessible à tous.

Pour aller plus loin…

Le rapport de HI et IOM Access to humanitarian services for persons with disabilities in Bentiu Protection of Civilians Site

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le défi de l'éducation des filles en Sierra Leone
© HI
Inclusion

Le défi de l'éducation des filles en Sierra Leone

Le taux d'alphabétisation des femmes en Sierra Leone (34 %) est l'un des plus bas du monde et, bien qu'il existe de nombreuses politiques, aucune ne concerne spécifiquement les enfants handicapés, à l'exception de la loi sur les droits de l'enfant (2007) qui garantit à chaque enfant l'accès à l'éducation. Pour remédier à cette situation, HI met en œuvre le projet Défi de l'éducation des filles - Transition (GEC-T), avec des partenaires clés, afin que les filles et les enfants handicapés marginalisés dans cinq districts de la Sierra Leone puissent réaliser leur plein potentiel et faire la transition de l'école primaire à l'école secondaire et au-delà.

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de HI au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep/HI
Droits Inclusion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la toute première fois, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Il s'agit d'une amélioration historique pour les personnes handicapées, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.