Go to main content
 
 

« Rencontrer d’autres personnes amputées m’a redonné espoir »

Réadaptation
Jordanie

Ahed est diabétique. Des complications lui ont coûté sa jambe. Grâce aux séances de rééducation et aux thérapies de groupe au centre Zarqa (Jordanie) soutenu par HI, il se reconstruit.

Ahed, réalise ses exercices de rééducation au centre de rééducation de Zarqa

Ahed, réalise ses exercices de rééducation au centre de rééducation de Zarqa | ©Oriane van den Broeck / HI

La vie après une amputation 

Il y a un an, Ahed a dû être amputé de la jambe droite. Depuis, Manal, kinésithérapeute au centre de rééducation de Zarqa, en Jordanie, l’aide à rapprendre à marcher. Elle lui a appris les bons gestes pour exercer les muscles de sa jambe à la maison. Grâce à ces séances, Ahed est aujourd’hui capable de garder l’équilibre et de se déplacer avec des béquilles. « Je pensais qu’il me faudrait au moins 3 ans pour marcher à nouveau mais il m’a fallu seulement 4 mois », confie Ahed. 

Programme de rééducation personnalisé 

Le partenariat entre le centre de Zarqa et HI a permis à Ahed de bénéficier gratuitement de nombreux services. L’ergothérapie, la kinésithérapie, la pose d’une prothèse, un soutien psychologique… L’appui apporté par  HI est complet.

Pour HI, il est important de mettre en place le programme de rééducation avec le patient. Sa motivation et ses objectifs en sont le point de départ. L'état psychologique d’Ahed s’est déjà beaucoup amélioré. L’équipe confie qu’il est un homme nouveau : « Au début, mon niveau de motivation était à zéro. J’avais le sentiment qu’il n’y avait plus rien à faire. Mais tout a changé et aujourd’hui je sais que je peux tout réaliser, je pourrais même courir si je le voulais », ajoute Ahed. 

Thérapie de groupe 

HI a mis en place des thérapies de groupe. Elles permettent aux patients atteints des mêmes troubles de se rencontrer. Ahed a pu sortir de son isolement et rencontrer d’autres personnes vivant une situation similaire à la sienne. Les membres du groupe se sont aperçus qu’Ahed souffrait beaucoup de son amputation. Ils se sont donné pour mission de le motiver à la rééducation. Ils lui ont rendu visite pour lui remonter le moral. Ce groupe permet aux patients amputés d’être témoins des diverses étapes de la rééducation et de voir la réalisation concrète de leurs objectifs. 

Reprendre confiance en soi 

« Je voulais être comme tout le monde, prendre part à des activités sociales et sortir de chez moi. Mais juste après mon amputation m’a santé s’est dégradée et j’ai dû commencer une dialyse pour que mes reins continuent à fonctionner. J’étais déprimé. Quand j’ai rencontré d’autres patients amputés, ma motivation est remontée en flèche. J’ai pensé : s’il peut marcher, pourquoi est-ce que je ne le pourrais pas ? » explique Ahed. Grâce aux sessions de kinésithérapie et aux différents appareillages dont il a bénéficié, Ahed est aujourd’hui pleinement autonome dans ses déplacements. 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »

Moïse avait quatre ans lorsqu’il a perdu sa jambe gauche suite au séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010.

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, HI a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.   

 

HI soutient les victimes de la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

HI soutient les victimes de la guerre

Après un bombardement au Nord du Yémen, Abdulrahmam a eu le bras droit fracturé avec des lésions vasculaires qui ont entraîné une gangrène. Il a dû être amputé. HI est à ses côtés.