Accès direct au contenu

#SlowDown : Handicap International sensibilise aux risques liés à la vitesse sur la route

Prévention

Handicap International a participé à la Semaine mondiale de la sécurité routière, organisée du 8 au 14 mai par les Nations unies. L’association a organisé des activités de sensibilisation pour les usagers de la route, notamment au Cambodge, en Haïti et en République démocratique du Congo.

Handicap International travaille pour améliorer la sécurité routière au Laos en faisant la promotion du port du casque et des règles de la sécurité routière. | © Tim Dirven - Panos / Handicap International

Un tiers des accidents liés à la vitesse

Chaque année, les accidents de la route tuent près d’un 1.25 million de personnes et blessent 50 millions d’individus à travers le monde. Première cause de mortalité pour les 15-25 ans, ces accidents ont lieu, dans 90 % des cas, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire[1]. Et près d’un tiers des accidents de la route sont dû à la vitesse, parfois combinée à d’autres facteurs (alcool, etc.)[2]. « Ces accidents provoquent des handicaps physiques, ont des conséquences psychologiques et un impact économique considérable. Sensibiliser les populations au sujet des risques liés aux accidents de la route est une de nos priorités », explique Eric Remacle, expert en sécurité routière pour Handicap International.

#SlowDown

La campagne #SlowDown a mis l’accent sur les dangers de la vitesse et sur les mesures contribuant à réduire le nombre de décès et de blessés liés aux accidents de la route. Durant cette campagne,  Handicap International a mené des activités de sensibilisation dans plusieurs pays où elle intervient. En Haïti, l’association a formé 100 chauffeurs du secteur des transports publics, notamment au sujet de la législation de la route, des signalisations et des accidents[3]. L’association a également réalisé des activités de sensibilisation. En République démocratique du Congo, elle a sensibilisé les communautés et a présenté un mémorandum relatif à la réduction des limites de vitesse, adressé au Président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa.

En savoir plus

Handicap International  lutte contre l’insécurité routière dans une dizaine de pays (Haïti, Bolivie, Paraguay, RDC, Burkina, Sénégal, Bénin, Kenya, Laos, Cambodge et Pakistan). L’association met en place des activités de formation et de sensibilisation (notamment liées à l’alcool au volant et à la vitesse), et contribue notamment à l’aménagement des infrastructures routières.

 


[1] Un Pays à revenu intermédiaire désigne un pays dont le produit national brut (PNB) annuel par habitant était supérieur à 765 dollars mais inférieur à 9 386 dollars en 1995.

[2] Selon le Global status report sur la sécurité routière 2015.

[3] En collaboration avec la police de la route.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Madame Dhahobo, réfugiée et handicapée, ne laissera pas passer le virus !
© HI
Prévention Réadaptation

Madame Dhahobo, réfugiée et handicapée, ne laissera pas passer le virus !

Au Kenya, Humanité & Inclusion (HI) apprend aux plus vulnérables dont les personnes handicapées comme Madame Dhahobo à se protéger contre la COVID-19.

 

Aruwa poursuit sa rééducation tout en se protégeant du virus
HI
Prévention Réadaptation Santé

Aruwa poursuit sa rééducation tout en se protégeant du virus

 Au Kenya, dans le camp de réfugiés de Kakuma, Humanité & Inclusion (HI) sensibilise les enfants handicapés aux gestes barrières contre la COVID-19.

COVID-19 : « Ne laisser personne de côté »
© A. Surprenant/Collectif Item/HI
Inclusion Prévention

COVID-19 : « Ne laisser personne de côté »

Pays parmi les plus pauvres et déjà confronté à l'une des pires crises humanitaires au monde, la République Centrafricaine doit maintenant faire face à la pandémie de la COVID-19. Les équipes de Humanité & Inclusion (HI), sont investies pour que les personnes handicapées et les personnes vulnérables et à risque d’exclusion ne soient pas oubliées dans les actions de prévention face à l’épidémie.