Go to main content
 
 

Témoignage de Kanha, 14 ans

Mines et autres armes Réadaptation
Cambodge

« Mon nom est Kanha. J'avais 8 ans quand l'accident est arrivé. Alors que ma mère travaillait dans sa petite épicerie, mon père, dans le jardin de la maison, était en train de manipuler un obus qu'il venait d'acheter chez un ferrailleur. Il voulait récupérer le métal pour le revendre. Je l'observais, assise sur les escaliers, quelques mètres plus loin. C'est alors que j'ai entendu un grand bruit et j'ai juste eu le temps de comprendre que l'engin venait d'exploser. Ensuite, je ne me souviens plus de rien. »

Kanha joue avec ses amis, Cambodge

Kanha joue avec ses amis, Cambodge | © Eric Martin / Figaro Magazine / HI

« Mon père est mort sur le coup. Je me suis réveillée à l'hôpital où l'on m'a expliqué qu'il avait fallu couper ma jambe. Je suis restée plusieurs mois à l'hôpital. C'était long et douloureux. Quand je suis sortie, je ne pouvais plus marcher.

 

Plus tard, on a conseillé à ma maman de m'emmener au centre de réadaptation géré par Humanité & Inclusion (HI), à Kampong Cham, à une heure et demie de mon village. L'association m'a fabriqué une prothèse sur mesure, dans son atelier. J'ai suivi des séances de rééducation pour réapprendre à marcher. Maintenant, je retourne trois fois par an au centre pour être suivie et pour changer ma prothèse. Comme je grandis vite, j'en ai déjà reçu six !

 

Petit à petit, j'ai retrouvé une vie normale. Avec ma prothèse, je peux me rendre à l'école tous les jours et participer aux mêmes activités que mes copains. C'est important pour moi de suivre les cours car j'aimerais un jour devenir infirmière ou médecin pour soigner les autres. »

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul Ouest : ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Réadaptation Urgence

Mossoul Ouest : ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul, dans la province de la Ninive, a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives (bombardements, pose de mines artisanales, etc.) a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps.

 

Des drones au service du déminage
© HI
Mines et autres armes

Des drones au service du déminage

Depuis janvier dernier, HI et son partenaire Mobility Robotics expérimentent l’utilisation de drones pour appuyer les démineurs à Faya-Largeau, au Nord du Tchad.

Le déminage dans des conditions extrêmes
©
Mines et autres armes

Le déminage dans des conditions extrêmes

HI mène des opérations de déminage près de Faya-Largeau, chef-lieu de la province du Borkou, dans le Nord du Tchad, depuis novembre 2018. Une cinquantaine de démineurs sont en action. Retour sur une matinée type de déminage à laquelle a assisté le chargé de communication de HI Gilles Lordet.