Accès direct au contenu

Togo : investissement dans la santé maternelle et infantile

Prévention Santé
Togo

HI investit dans l’amélioration des installations de santé dédiées à la santé maternelle dans la région côtière du Togo. Grâce à ces actions, la mortalité néonatale devrait baisser de 20 % d’ici fin 2019.

Gbede Xola Olympio prends son fils Koffi Olympio, 4 ans, pendant qu'ils attendent le docteur pour scanner ses jambes au CNAO le 5 Juin 2018 à Lomé, Togo.

Gbede Xola Olympio prends son fils Koffi Olympio, 4 ans, pendant qu'ils attendent le docteur pour scanner ses jambes au CNAO le 5 Juin 2018 à Lomé, Togo. | © X. Olleros

Au Togo, la majorité des femmes enceintes et des nouveau-nés n’ont pas accès à des soins adaptés que ce soit pendant la grossesse, à l’accouchement ou au cours des premières années de vie du nourrisson. Malheureusement, cette absence de soins peut être fatale : le taux de mortalité infantile au Togo est élevé, en particulier dans la région côtière, et 350 femmes sur 100 000[1] meurent de complications liées à l’accouchement.

Les femmes qui doivent parcourir de longues distances pour se rendre au centre de soins le plus proche sont nombreuses, sans avoir la garantie d’y trouver l’expertise et les médicaments dont elles ont besoin. Cela a pour conséquence de les dissuader de se rendre à leurs rendez-vous prénataux. Elles manquent donc l’opportunité de détecter d’éventuelles anomalies et de recevoir les soins de base.

Le financement reçu de l’AFD (Agence française de développement) a permis à Humanité & Inclusion (HI) d’investir dans la rénovation de 10 centres de soins dans la région maritime du Togo. On peut voir sur la photo la rénovation de la pharmacie de l’hôpital régional de Tabligbo. Grâce aux améliorations simples apportées à la qualité et à la sécurité du bâtiment, l’hôpital peut stocker et prescrire tous les médicaments nécessaires aux soins prodigués à la maternité.

Les 10 centres concernés ont bénéficié de changements divers, de l’augmentation du nombre de toilettes et leur adaptation aux personnes en situation de handicap, à l’aménagement de nouvelles salles d’accouchement, qui sont passées de 3 à 21. Le projet inclut également la formation du personnel de ces centres, pour garantir l’administration correcte des soins de base aux mères et aux nouveau-nés directement sur place.

Ce projet doit se prolonger jusqu’en 2019, date à laquelle, selon HI, la mortalité néonatale devrait avoir baissé de 20 %, et la mortalité maternelle de 25 % dans la région côtière.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Madame Dhahobo, réfugiée et handicapée, ne laissera pas passer le virus !
© HI
Prévention Réadaptation

Madame Dhahobo, réfugiée et handicapée, ne laissera pas passer le virus !

Au Kenya, Humanité & Inclusion (HI) apprend aux plus vulnérables dont les personnes handicapées comme Madame Dhahobo à se protéger contre la COVID-19.

 

Népal : maintenir les séances de réadaptation malgré l’épidémie
© HI
Réadaptation Santé

Népal : maintenir les séances de réadaptation malgré l’épidémie

Le Népal est également touché par l’épidémie Covid-19. Parce qu’il est essentiel d’éviter une rupture dans le processus de soins, Humanité & Inclusion (HI) a continué de mener des séances de réadaptation auprès des personnes qui en avaient besoin, en respectant les mesures sanitaires.

Aruwa poursuit sa rééducation tout en se protégeant du virus
HI
Prévention Réadaptation Santé

Aruwa poursuit sa rééducation tout en se protégeant du virus

 Au Kenya, dans le camp de réfugiés de Kakuma, Humanité & Inclusion (HI) sensibilise les enfants handicapés aux gestes barrières contre la COVID-19.