Goto main content

« Tout a été détruit »

Secourir les déplacés/réfugiés
Liban

Hussein a 15 ans. Fin 2016, il a été blessé lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie, qui a tué la moitié de sa famille. Amputé d’une jambe, il s’est réfugié au Liban où il est aidé par une équipe de Handicap International. « Je ne pense pas à l’avenir, il n’y en a plus pour moi »…

Hussein_Liban

Hussein a 15 ans. A la fin de l’année 2016, il a été blessé lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie, qui a tué la moitié de sa famille. | © P.Poulpiquet/Handicap International

Arrivé au Liban à la fin de l’année 2016, Hussein a vécu près de six ans de guerre. C’est en octobre 2016 qu’il a perdu sa jambe et la moitié de sa famille, dans un bombardement. Quand il en parle, l’adolescent semble presque étonné qu’une telle tragédie ne soit pas arrivée avant. « Nous ne vivions pas trop loin d’une base militaire. Alors, nous voyions les avions décoller tous les matins pour aller bombarder… » La famille de Hussein, a, elle, été touchée pendant la nuit. « Il était environ trois heures du matin quand notre maison a été bombardée. Ma mère et beaucoup de mes frères et sœurs sont morts. »

Hussein est grièvement blessé. Il est amené à l’hôpital en urgence, où il est amputé de la jambe gauche. L’adolescent ne sera plus jamais le même. Anéanti par ce qui vient de lui arriver, il décide de fuir le pays. Sans prévenir son père, il s’échappe au Liban. Il ne l’appelle qu’une fois arrivé là-bas. « Mon père m’a demandé pourquoi j’étais parti, et si je voudrais un jour revenir en Syrie. Je lui ai dit que je ne rentrerais pas. Ma vie a été détruite là-bas. Ici, on vit dans des tentes et on n’a plus rien. Mais au moins, les avions ne volent pas au-dessus de nous. »

Très déprimé, l’adolescent se rappelle de sa vie, avant que le conflit ne commence. « J’étais très dynamique et j’adorais passer du temps avec mes amis. Aujourd’hui, tous sont soit morts, soit réfugiés dans d’autres pays… Je ne pense pas à l’avenir, il n’y en a plus pour moi. » Cynthia, la physiothérapeute qui accompagne Hussein dans sa réadaptation explique : « Nous allons lui proposer de séances de soutien psychologique très prochainement. La blessure d’Hussein est récente et son traumatisme, énorme. Se remettre mentalement est aussi important que nos séances de physiothérapie. On ne peut pas le laisser dans un tel état de détresse psychologique. »

D'autres témoignages ici.

 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Il y a un an : l’explosion à Beyrouth, le 4 août 2020
© Tom Nicholson / HI
Urgence

Il y a un an : l’explosion à Beyrouth, le 4 août 2020

La responsable de l’action d’urgence pour Humanité & Inclusion (HI) au Liban Zeina Salhani raconte le jour de la catastrophe.

HI aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson
© HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

HI aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson

Suite à de terribles inondations et glissements de terrain survenus le 27 juillet 2021, Humanité & Inclusion (HI) aide les plus vulnérables dans les camps de réfugiés Rohingyas du district de Cox’s Bazar.

« J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier »
© Tom Nicholson / HI
Urgence

« J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier »

Un an après l’explosion du 4 août à Beyrouth, Humanité & Inclusion (HI) staff Nahed Mansour revient sur les événements de ce jour tragique et leurs conséquences toujours palpables sur la ville.