Goto main content
 
 

Wilfreed réalise son rêve

Réadaptation
Tchad
Portrait de Natoyallah Djimingaye, dit "Wilfreed"

Portrait de Natoyallah Djimingaye, dit "Wilfreed" | © HI


Natoyallah Djimingaye, dit Wilfreed, a 28 ans et est kinésithérapeute. Depuis octobre 2021, il est chargé de réadaptation HI au Tchad. Un parcours rendu possible en partie grâce au soutien de HI, qui lui a permis de se former au Bénin puis de mettre en œuvre ses compétences une fois rentré au Tchad.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Natoyallah Djimingaye. J’ai 28 ans et je suis kinésithérapeute. Je suis l’un des trois étudiants tchadiens ayant bénéficié d’une bourse d’études entièrement financée par HI, dans le cadre de deux projets HI sur l’inclusion et l’appui au déminage. Il s’agissait d’une bourse pour un cursus complet de formation en kinésithérapie à la faculté des sciences de la santé, de l’Université d’Abomey Calavi du Bénin.

Quelle est ta profession actuellement ?

La meilleure profession au monde ! Je suis kinésithérapeute de profession et j’occupe le poste de chargé de réadaptation chez HI Tchad depuis octobre 2021.

Quel a été ton parcours avec HI ?

Mon aventure a commencé il y a six ans. Fin 2015, j’ai fait partie des trois étudiants sélectionnés pour des études de kinésithérapie à Cotonou. Ça a été une compétition vraiment rude, avec un test écrit, une stage d’observation et un entretien ! Le but ultime était de revenir au pays pour partager nos compétences et développer le domaine de la réadaptation, qui manque cruellement de ressources humaines. Initialement, la formation devait durer trois ans mais nous l’avons finalement suivie pendant quatre ans et demi, et sommes rentrés diplômés au début de l’année 2021.

Il y a quatre mois, j’ai eu le plaisir d’être recruté en tant que chargé de réadaptation sur le programme HI Tchad. C’est mon tout premier emploi, mais je suis persuadé que l’aventure va continuer. Dans dix ans, grâce à tout ce qui est déjà mis en place par HI, le domaine de la réadaptation retrouvera ses lettres de noblesse au Tchad. Peut-être qu’on fera alors un autre entretien pour que je vous en dise plus !

Qu’est-ce que ta formation t’a apporté ?

Sur le plan humain, elle m’a permis de faire une expérience personnelle extraordinaire : c’était la première fois que je vivais à l’étranger, loin du confort de ma famille et de mon pays. J’ai eu la chance de découvrir une autre culture, une autre façon de voir le monde et, surtout, j’ai eu la chance d’étudier dans l’une des meilleures écoles de kinésithérapie d’Afrique.

Pourquoi avoir choisi la voie de la kinésithérapie ? Qu’aimes-tu le plus dans ton métier ?

Il y a deux scènes qui m’ont marqué durant mon adolescence. La première s’agit de ma cousine Irène. Elle aurait eu 26 ans cette année et serait peut-être devenue ergothérapeute ou orthophoniste, si elle n’avait pas succombé aux séquelles de la paralysie cérébrale à l’âge de 18 ans, faute de prise en charge adéquate. La deuxième est celle d’un enfant de mon village natal, qui a perdu la vie à l’âge de 2 ans. Il était né avec une malformation congénitale et ses parents le considéraient comme une source de malédiction. J’ai choisi la voie de la kinésithérapie pour donner plus de chances à d’autres enfants d’être acceptés par leur entourage, de mieux grandir et de participer pleinement à la vie de leur communauté.

Ce que j’aime le plus dans ce métier c’est le contact avec le patient : quelqu’un qui vient vers vous pour se faire soigner, qui vous fait confiance et peut compter sur vous lorsqu’il a besoin de se confier.

Quel est ton meilleur souvenir depuis que tu as intégré HI ?

J’ai participé à une mission réadaptation à Bol pour former les mères d’enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale (IMC). On leur a transmis des gestes simples, pour améliorer leur autonomie dans des situations de la vie quotidienne : s’habiller, faire sa toilette, manger, marcher. Après 3 jours d’échanges et de pratique, l’expression du visage des mères m’a donné une joie indescriptible ! En 3 jours, elles ont vu un enfant de plus d’un an commencer à ramper alors qu’il ne l’avait jamais fait auparavant. Voir cela les a convaincues de l’importance de notre action et leur a fait réaliser que leur enfant n’est pas du tout victime de sorcellerie ou d’une malédiction. Ce jour-là, j’ai réalisé mon rêve !

Quels sont tes espoirs pour le futur ?

J’espère vraiment que la réadaptation va se développer au Tchad. Il nous faudrait plus de centres pour améliorer la qualité des soins, des écoles de qualité et une association de kinésithérapeutes capables de réglementer et de défendre la profession. A ce jour, il n’y a qu’une vingtaine de kinés pour plus de 15 millions d’habitants, une dizaine d’orthoprothésistes, aucun orthophoniste, aucun ergothérapeute, et aucun médecin physique de réadaptation. Il n’y a pas non plus de département de réadaptation au sein du ministère de la santé ! Il y a seulement deux centres de réadaptation non-étatiques.

Pour le futur, j’aimerais être le plus utile possible à la réalisation et à la conception de projets chez HI au Tchad. Je voudrais également m’inscrire pour faire un doctorat en kinésithérapie spécialisée dans la prise en charge des affections neurologiques de l’enfant, pour acquérir de nouvelles compétences. Disons que je veux vivre pleinement ma passion et encourager d’autres personnes à devenir des professionnels de la réadaptation !

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam  

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Je suis heureux de pouvoir me tenir debout. »
© HI
Réadaptation Santé

« Je suis heureux de pouvoir me tenir debout. »

Rashid a fui le Congo avec sa famille en 2018. Il vit désormais au camp de réfugiés de Kakuma, au Kenya, HI a soigné son handicap.
HI favorise la croissance des enfants souffrant de malnutrition
© HI
Réadaptation

HI favorise la croissance des enfants souffrant de malnutrition

La malnutrition empêchait Pal de se développer comme les autres enfants de son âge. Grâce à la thérapie de stimulation de HI, il peut désormais s'asseoir, se tenir debout et marcher tout seul.
« Si ce n'est pas moi, alors qui ? »
© HI
Réadaptation Santé Urgence

« Si ce n'est pas moi, alors qui ? »

Rostyk, assistant en kinésithérapie de HI, travaille à l'amélioration des soins de réadaptation en Ukraine.