Go to main content

Yémen : il est urgent de prendre en charge les blessés du conflit

Urgence

Le conflit qui déchire le Yémen depuis un an a fait plus de 3 000 morts parmi les civils. Les besoins humanitaires sont immenses : Handicap international participe depuis octobre 2015 à la prise en charge des blessés. Plus de 1 200 personnes ont déjà bénéficié de l’aide de l’association.

Bushra

Bushra, 24 ans, sur son lit, à l'hôpital Al-Thawra de Sana'a. | © Handicap International

Alors que le Yémen s’enfonce dans le chaos dans l’indifférence générale, Handicap International intervient dans deux hôpitaux et un centre de santé de Sanaa, la capitale, qui accueillent des patients venant de tout le Nord et l’Ouest du pays. L’association aide à la prise en charge des traumatismes physiques et psychologiques des blessés. Les premiers soins sont essentiels pour permettre aux patients de récupérer au mieux leurs capacités physiques. 

Handicap International a ainsi formé 100 membres du personnel de santé de Sanaa et d’autres gouvernorats pour traiter les traumatismes causés par les violences du conflit. 

Plus de 1 200 personnes aidées par Handicap International

L’association a également distribué 1 800 aides à la mobilité, comme des béquilles ou des fauteuils roulants, qui permettent aux personnes blessées de retrouver rapidement leur autonomie. Mais il ne faut pas laisser de côté les souffrances invisibles provoquées par les violences : plus de 1 000 personnes victimes du conflit et leurs proches ont bénéficié d’un soutien psychologique par nos équipes.

Parallèlement, Handicap International informe et conseille les autres organisations humanitaires intervenant sur place pour une meilleure prise en compte des personnes vulnérables – personnes handicapées, femmes, enfants, etc. – dans leurs actions d’urgence, comme de la distribution d’eau ou de nourriture. 

Depuis quelques semaines, nos équipes mènent un travail d’identification des zones géographiques les plus touchées par les mines et les restes explosifs de guerre. Ce travail servira à terme à informer la population des risques d’accidents liés à ces engins menaçant quotidiennement la vie des civils.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Quand je serai grand, je volerai »
© Shumon Ahmed/HI
Réadaptation Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

« Quand je serai grand, je volerai »

Saiful a 7 ans. Il vit dans le camp de réfugiés rohingyas de Kutupalong, dans le sud du Bangladesh. Atteint d’une malformation congénitale, l’enfant a perdu sa jambe droite à deux ans. Avec le soutien de Handicap International, il a reçu une prothèse, marche et va à l’école.  L’enfant adore jouer avec ses amis, et a un rêve : devenir pilote.

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées.

Blessure par balle : un long parcours médical
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

Blessure par balle : un long parcours médical

Une blessure par balle conduit le patient dans un long parcours médical. Après une opération, la rééducation nécessaire pour regagner en mobilité peut prendre des mois, voire des années : une convalescence longue qui engendre une invalidité temporaire et rend le patient inapte au travail. Alaa fait partie de ces centaines de blessés par balle. Suivi par HI, il commence sa rééducation.