Accès direct au contenu

Plus de 10 000 personnes réfugiées au Burundi : HI aide les plus fragiles

Secourir les déplacés/réfugiés
Burundi

Suite aux affrontements récents à l’Est de la République démocratique du Congo, plus de 10 000 personnes, majoritairement congolaises, se sont réfugiées dans le Sud et Sud-Ouest du Burundi. HI prépare une intervention d’urgence auprès des populations réfugiées.

Réfugiés congolais au Burndi

Réfugiés congolais au Burndi | ©HI

Plus de 10 000 personnes ont fui le Sud-Kivu (territoire du Fizi), à l’Est de la République démocratique du Congo et ont trouvé refuge dans les provinces de Rumonge et de Makamba (Nianza-Lac)[1], avant d’avoir été transférées dans plusieurs camps de transit dispersés dans le pays. Dès les premiers jours, Humanité & Inclusion (HI), qui intervient au Burundi depuis 25 ans, a évalué leurs besoins.

 

« Les besoins des populations réfugiées sont considérables. Ces camps de transit visent à proposer un accueil temporaire. Leur capacité d’accueil est largement dépassée. L’accès aux services (soins de santé, etc.) et l’aide proposée restent très limités. De nombreuses personnes n’ont pas de logement et sont regroupées dans des hangars pour dormir. Il y a un manque d’accès à l’eau et aux infrastructures sanitaires (toilettes, etc.), ce qui entraine un risque d’épidémie de choléra. Les personnes les plus fragiles - les enfants, les femmes, les personnes âgées ou handicapées -, sont particulièrement vulnérables. Et un nouvel afflux de réfugiés est à prévoir dans les prochaines semaines », explique Audrey Lecomte, chef de mission pour HI au Burundi.

 

« HI a besoin de financements pour lancer son intervention d’urgence. Nous préparons des activités de protection destinées aux personnes les plus fragiles, notamment les enfants, qui représentent plus de 65 % des réfugiés. Nombre d’entre eux sont arrivés sans leurs parents, ils sont donc particulièrement exposés aux risques de violence, d’exploitation ou d’abandon. Nous voulons également assurer la protection des filles et des femmes en leur proposant un soutien psychologique et en les sensibilisant aux risques de violence », ajoute Audrey Lecomte.

 

[1] Au Sud et Sud-Ouest du Burundi.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien n’arrête le vaillant Anowar !
Nicolas Axelrod - Ruom Collective
Secourir les déplacés/réfugiés

Rien n’arrête le vaillant Anowar !

Anowar, 8 ans, a perdu sa jambe dans un accident de la route dans le camp de réfugiés Rohingyas de Kutupalong où il vit avec sa famille.

Les enfants réfugiés rohingyas handicapés se distinguent grâce au soutien de HI
© Nicolas Axelrod-Ruom /HI
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Les enfants réfugiés rohingyas handicapés se distinguent grâce au soutien de HI

« En voyant les autres enfants jouer et en faisant des exercices de stimulation, Zesmin a enfin appris à nous appeler papa et maman. » Les parents de Zesmin, des réfugiés rohingyas vivant au Bangladesh, ont vu leur fille atteinte de trisomie 21, qui avait des difficultés à se déplacer et à communiquer, devenir une petite fille joyeuse et pleine de vie. « Nous avons suivi à la lettre les conseils de Humanité & Inclusion (HI). Et les résultats sont impressionnants. »

Entretien avec Jean-Loup Gouot sur la pandémie COVID-19
© M. A. Islam / HI
Protéger les populations vulnérables Santé Secourir les déplacés/réfugiés

Entretien avec Jean-Loup Gouot sur la pandémie COVID-19

Jean-Loup Gouot, Directeur de Humanité & Inclusion (HI) au Bangladesh, témoigne au sujet de l’impact du COVID-19 dans le pays et rappelle les risques de cette épidémie, en particulier pour les réfugiés rohingyas