Go to main content

Alep – Des bombardements massifs contre les civils

Syrie

Les quartiers est de la ville d’Alep, située au Nord de la Syrie, sont depuis près de deux semaines le théâtre de bombardements incessants. Les dommages contre les civils sont dévastateurs. Selon les Nations unies, 320 civils dont une centaine d’enfants ont été tués. Des armes interdites, comme des bombes à sous-munitions, ont été utilisées.

Un enfant victime de bombardements fin 2014 pris en charge par Handicap International

Handicap International demande à nouveau l’arrêt immédiat des bombardements contre les civils, qui ont atteint une intensité absolument effroyable. Les attaques indiscriminées, voire délibérées, contre les civils constituent des violations du Droit international. Les attaques répétées contre les hôpitaux et les équipes de secours sont inacceptables.

L’association mène depuis plusieurs mois une campagne pour dénoncer l’utilisation des armes explosives en zones peuplées [Lien pétition], une pratique tristement courante dans les conflits actuels, en Syrie, en Afghanistan, au Yémen, en Ukraine, etc. Les victimes de cette pratique barbare sont à 90 % des civils.

Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques. Cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux.

Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives
(c) E. Fourt/HI

Une augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, HI s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de civils victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2016 (sur un total de 45 624 victimes), selon Action on Armed Violence (AOAV). Le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017, sachant que les civils représentent 90 % des victimes des armes explosives quand elles ont utilisées en zones peuplées. L’Observatoire des mines a enregistré une augmentation spectaculaire des victimes de mines et restes explosifs de guerre ces trois dernières années. La Syrie, l’Afghanistan, la Libye, l’Ukraine et le Yémen sont parmi les principaux pays touchés.

7 ans de conflit syrien : Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, HI condamne les bombardements continus
© AFP PHOTO / AMER ALMOHIBANY

7 ans de conflit syrien : Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, HI condamne les bombardements continus

Un employé d'une organisation syrienne avec laquelle Humanité & Inclusion (HI) est associée a été tué hier. Mustafa, sa femme et leurs deux enfants - âgés de moins de 8 ans - ont été tués par des bombardements à Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale. À l'heure du septième anniversaire du conflit syrien, HI condamne une fois de plus les bombardements en zones peuplées et appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.