Go to main content

Bangladesh : Handicap International mobilisée auprès des Rohingyas

Urgence
Bangladesh

Près de 400 000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh depuis fin août, fuyant la Birmanie voisine. Handicap International (HI) intervient dans ce contexte d’urgence et apporte un soutien à ces familles, dont les besoins sont immenses.

Saiful, 7 ans, est Rohingya, une minorité ethnique et religieuse vivant en Birmanie. Sa famille a quitté le pays suite aux actes de discrimination dont ils étaient victimes | © S. Ahmed/Handicap International

Près de 400 000 personnes de la minorité Rohingyas ont traversé la frontière pour venir trouver refuge au Bangladesh depuis fin août dernier. Ces nouveaux arrivants, qui rejoignent les centaines de milliers de Rohingyas déjà présents dans le pays (entre 300 000 et 500 000 personnes) ont besoin de nourriture, d’eau potable, d’un accès aux installations sanitaires, de soins de santé,  de séances de réadaptation et d’un logement.

Près de 10 000 personnes aidées

Active depuis 2007 dans les deux camps de réfugiés, les abris de fortune et les communautés d’accueil à Teknaf et à Ukhiya (districts de Cox Bazar), Handicap International (HI) mobilise actuellement ses équipes auprès des nouveaux arrivants. L’association identifie les personnes les plus vulnérables (enfants, femmes enceintes, femmes isolées, personnes âgées ou handicapées, etc.) et évalue leurs besoins (santé, réadaptation, logement,etc.). Elle distribue des kits de protection (comprenant notamment des lampes torches, matelas et couvertures), des kits d’hygiène (savon, eau..), et des kits logement (bambous, bâches, etc.), fournit des aides à la mobilité (béquilles, déambulateurs, etc.) et mène des séances de réadaptation auprès de 1 850 ménages, soit près de 10 000 personnes.

L’association propose également un soutien psychologique aux personnes les plus fragiles afin de les aider à surmonter leurs traumatismes. Handicap International (HI) oriente aussi les personnes ayant des besoins spécifiques (accès à l’éducation, etc.) auprès d’organisations partenaires capables de les prendre en charge.  Pour Handicap International (HI), la priorité est d’être auprès des familles les plus fragiles, qui ont besoin d’un soutien concret et immédiat.

Face à l’afflux quotidien extrêmement élevé de Rohingyas au Bangladesh – 15 000 nouveaux arrivants par jour, Handicap International (HI) va renforcer son intervention afin de pouvoir répondre aux besoins grandissants de ces populations.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminente des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences des inondations et des glissements de terrain pour les plus vulnérables.

Aide par voie aérienne en République centrafricaine
© Paul Lorgerie/HI

Aide par voie aérienne en République centrafricaine

En 2017, Humanité & Inclusion (HI) a permis le transport de plus de 8 500 tonnes de marchandises vers quelques-unes des régions les plus isolées de République centrafricaine, pays dévasté par des décennies de violence et d'instabilité 

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.