Go to main content

Cyclone Enawo : plus de 52 000 sinistrés

Le cyclone Enawo a traversé Madagascar et termine sa course dans la région d’Anosy (Sud-Est). Les autorités déplorent de nombreux dégâts causés par le cyclone mais aussi les inondations qui ont suivi.  Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes fait déjà état de 10 000 déplacés et de 52 000 sinistrés. Les équipes de Handicap International commencent à  évaluer les besoins de la population.

Inondations provoquées par le précédent cyclone ayant frappé Madagascar en 2013
  • Les principaux dégâts semblent se concentrer dans le Nord-Est du pays, point d’entrée du cyclone : selon le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes, 10 000 personnes seraient déplacées et 52 000 sinistrées.
  • A Antahala, près de 80 % des habitations auraient été détruites, ainsi que presque 100 % des cultures. D’après la Croix-Rouge, 700 000 personnes pourraient être affectées par le passage du cyclone dans l’ensemble du pays.
  • Les informations restent partielles en raison des coupures d’électricité et de la difficulté d’accès aux zones affectées dans le Nord du pays : « Beaucoup de zones à Madagascar sont en temps normal enclavées et difficiles d’accès. Depuis le passage du cyclone, il n’est plus possible se rendre dans le Nord, les voies de communication étant coupées par les inondations, affirme Pilar Duat Llorens, directrice des programmes de Handicap international à Madagascar. Or, c’est dans cette région que le cyclone a sûrement fait le plus de dégâts. »
  • Formées à la réponse aux urgences, les équipes de Handicap International sur place sont mobilisées pour évaluer les besoins des populations dans les zones accessibles, notamment dans la capitale, Tananarive. « Nous tenons prêts nos stocks de contingence pour effectuer des distributions de kits de cuisines, de bâches ou encore de béquilles, fauteuils roulants…  pour permettre à ceux qui ont tout perdu de faire face », explique Xavier Duvauchelle, responsable des programmes pour l’Afrique de l’Est et du Sud.
  • Le cyclone Enawo qui a atteint Madagascar mardi dernier a diminué d’intensité et est désormais classé comme tempête tropicale avec des vents avoisinant les 65 km/h. Il termine actuellement sa course dans le Sud du pays.
  • Les pluies sont cependant toujours fortes. D’importantes inondations affectent désormais la capitale Antananarivo où l’on craint que les quartiers les plus précaires de la ville ne résistent à cette nouvelle catastrophe après les inondations de 2015 qui avaient déjà fait plusieurs milliers de sinistrés.

 

Handicap International à Madagascar

Handicap International est présente à Madagascar depuis 1986. Forte d’une équipe de presque 100 salariés, l’association lutte contre les maladies invalidantes comme la filariose lymphatique. Elle intervient en milieu carcéral pour améliorer les conditions de vie des détenus. Handicap International mène aussi un programme de santé maternelle et infantile pour réduire la mortalité des mères et des nouveau-nés. L’association s’emploie également à promouvoir les droits et l’inclusion des personnes handicapées en renforçant les associations qui les représentent. Handicap International développe aussi des actions pour l’accès à l’éducation des enfants exclus du système scolair

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Séisme Népal : Nirmala et Khendo inséparables
© Elise cartuyvels/HI

Séisme Népal : Nirmala et Khendo inséparables

Le 25 avril 2015, un violent tremblement de terre secoue le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo sont ensevelies sous les décombres. Elles sont emmenées à l’hôpital et sont amputées d’une jambe. Elles s’y rencontrent, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les physiothérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble, et rêvent de danser.

Est de l’Éthiopie, la crise oubliée
© HI

Est de l’Éthiopie, la crise oubliée

Les régions pastorales d’Oromia et de Somali, au Sud et à l’Est de l’Éthiopie, sont en proie à de graves violences inter-ethniques. Depuis septembre dernier, plus d’un million de personnes ont dû fuir leurs villages et se retrouvent déplacées dans des centaines de lieux d’accueil. HI intervient pour protéger les plus vulnérables, en premier lieu les femmes et les enfants. Fabrice Vandeputte, chef de mission HI en Ethiopie, explique l’origine de cette crise et la réponse apportée par l’association.

Une augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives
(c) E. Fourt/HI

Une augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, HI s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de civils victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2016 (sur un total de 45 624 victimes), selon Action on Armed Violence (AOAV). Le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017, sachant que les civils représentent 90 % des victimes des armes explosives quand elles ont utilisées en zones peuplées. L’Observatoire des mines a enregistré une augmentation spectaculaire des victimes de mines et restes explosifs de guerre ces trois dernières années. La Syrie, l’Afghanistan, la Libye, l’Ukraine et le Yémen sont parmi les principaux pays touchés.