Goto main content

Donner la parole aux syriens

Secourir les déplacés/réfugiés
Syrie

En janvier 2017, le photographe français Philippe de Poulpiquet a passé deux semaines avec les équipes de HI en Jordanie et au Liban. Tous les jours, ils se rendirent chez des réfugiés syriens, dont de nombreuses victimes d'armes explosives.

Exposition "Bombardés" à Lyon | © HI

Exposition « Bombardés »

Cette exposition, soutenue par ECHO (la Direction générale pour la protection civile et les opérations d'aide humanitaire européennes de la Commission européenne) donne la parole à ces civils dont la vie a été bouleversée en quelques instants seulement. Leurs histoires reflètent une réalité terrible partagée par des centaines de milliers de Syriens depuis le début de la guerre en 2011.

Consultez ici l'exposition en ligne.

Signez la pétition contre les bombardements de zones civiles ! #StopBombingCivilians


Sondos

Sondos a 8 ans et vient d'une zone assiégée de la banlieue de Damas. En 2016, elle a été victime d'un bombardement avec sa famille. Réfugiée avec ses parents au Liban, elle bénéficie de séances de soutien psychologique dispensées par HI.

 

 

 


Molham

Molham avait juste 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue, à Homs, en Syrie. En 2014, sa famille a fui les combats dans le pays et s’est réfugiée en Jordanie. HI accompagne le jeune garçon avec des sessions de physiosithérapie et du soutien psycho-social depuis son arrivée dans le pays.

 

 

 


Hussein

Hussein a 15 ans. Fin 2016, il a été blessé lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie, qui a tué la moitié de sa famille. Amputé d’une jambe, il s’est réfugié au Liban où il est aidé par une équipe de HI. « Je ne pense pas à l’avenir, il n’y en a plus pour moi... »

 

 

 


Khaled

Khaled avait seulement un an lorsqu’il a perdu une jambe au cours d’un bombardement en Syrie. Ses parents sont décédés ce jour-là. Il grandit désormais avec sa tante, réfugiée au Liban. HI accompagne le petit garçon par des sessions de soutien psychologique.

 

 

 


Hozeifa

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. HI aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de physiothérapie.

 

 

 

 


Mayada

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par HI.

 

 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.

Accéder à l'éducation, contre vents et marées
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Accéder à l'éducation, contre vents et marées

Kassim Mohammed, 14 ans, est un réfugié somalien qui vit dans le camp de Dagahaley à Daadab, au Kenya. Sa vie quotidienne n'est pas toujours facile, mais Kassim est également confronté à une situation différente de celle des autres réfugiés de son âge, car il est malvoyant et souffre d'un handicap à une jambe ! Malgré cela, Kassim fait preuve de détermination et va tous les jours à l'école, où il est maintenant en septième année.

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés

Lulachi Imani, 29 ans, vit avec sa mère et ses cinq frères et sœurs dans le camp de réfugiés de Kakuma, dans le nord du Kenya. Originaire de la République démocratique du Congo, elle a dû fuir le pays en raison de nombreux raids contre sa tribu. Malheureusement, au cours de son voyage, elle a été impliquée dans un accident de la route qui a provoqué une lésion de la moelle épinière, paralysant ses deux jambes.