Go to main content

Donner la parole aux syriens

Secourir les déplacés/réfugiés
Syrie

En janvier 2017, le photographe français Philippe de Poulpiquet a passé deux semaines avec les équipes de HI en Jordanie et au Liban. Tous les jours, ils se rendirent chez des réfugiés syriens, dont de nombreuses victimes d'armes explosives.

Exposition "Bombardés" à Lyon | © HI

Exposition « Bombardés »

Cette exposition, soutenue par ECHO (la Direction générale pour la protection civile et les opérations d'aide humanitaire européennes de la Commission européenne) donne la parole à ces civils dont la vie a été bouleversée en quelques instants seulement. Leurs histoires reflètent une réalité terrible partagée par des centaines de milliers de Syriens depuis le début de la guerre en 2011.

Consultez ici l'exposition en ligne.

Signez la pétition contre les bombardements de zones civiles ! #StopBombingCivilians


Sondos

Sondos a 8 ans et vient d'une zone assiégée de la banlieue de Damas. En 2016, elle a été victime d'un bombardement avec sa famille. Réfugiée avec ses parents au Liban, elle bénéficie de séances de soutien psychologique dispensées par HI.

 

 

 


Molham

Molham avait juste 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue, à Homs, en Syrie. En 2014, sa famille a fui les combats dans le pays et s’est réfugiée en Jordanie. HI accompagne le jeune garçon avec des sessions de physiosithérapie et du soutien psycho-social depuis son arrivée dans le pays.

 

 

 


Hussein

Hussein a 15 ans. Fin 2016, il a été blessé lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie, qui a tué la moitié de sa famille. Amputé d’une jambe, il s’est réfugié au Liban où il est aidé par une équipe de HI. « Je ne pense pas à l’avenir, il n’y en a plus pour moi... »

 

 

 


Khaled

Khaled avait seulement un an lorsqu’il a perdu une jambe au cours d’un bombardement en Syrie. Ses parents sont décédés ce jour-là. Il grandit désormais avec sa tante, réfugiée au Liban. HI accompagne le petit garçon par des sessions de soutien psychologique.

 

 

 


Hozeifa

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. HI aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de physiothérapie.

 

 

 

 


Mayada

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par HI.

 

 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Est de l’Éthiopie, la crise oubliée
© HI

Est de l’Éthiopie, la crise oubliée

Les régions pastorales d’Oromia et de Somali, au Sud et à l’Est de l’Éthiopie, sont en proie à de graves violences inter-ethniques. Depuis septembre dernier, plus d’un million de personnes ont dû fuir leurs villages et se retrouvent déplacées dans des centaines de lieux d’accueil. HI intervient pour protéger les plus vulnérables, en premier lieu les femmes et les enfants. Fabrice Vandeputte, chef de mission HI en Ethiopie, explique l’origine de cette crise et la réponse apportée par l’association.

Une augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives
(c) E. Fourt/HI

Une augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, HI s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de civils victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2016 (sur un total de 45 624 victimes), selon Action on Armed Violence (AOAV). Le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017, sachant que les civils représentent 90 % des victimes des armes explosives quand elles ont utilisées en zones peuplées. L’Observatoire des mines a enregistré une augmentation spectaculaire des victimes de mines et restes explosifs de guerre ces trois dernières années. La Syrie, l’Afghanistan, la Libye, l’Ukraine et le Yémen sont parmi les principaux pays touchés.

7 ans de conflit syrien : Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, HI condamne les bombardements continus
© AFP PHOTO / AMER ALMOHIBANY

7 ans de conflit syrien : Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, HI condamne les bombardements continus

Un employé d'une organisation syrienne avec laquelle Humanité & Inclusion (HI) est associée a été tué hier. Mustafa, sa femme et leurs deux enfants - âgés de moins de 8 ans - ont été tués par des bombardements à Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale. À l'heure du septième anniversaire du conflit syrien, HI condamne une fois de plus les bombardements en zones peuplées et appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils.