Accès direct au contenu

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés
Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie.

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. | © Humanity & Inclusion

Malyun vit maintenant dans le camp de réfugiés IFO à Dadaab avec ses parents et ses frères et sœurs. Au début, la vie dans le camp n'était pas facile car elle ne pouvait pas se déplacer toute seule. Ses parents la portaient sur leurs bras pour l'aider à accéder à divers endroits de leur enceinte. "Je me sentais comme un fardeau pour ma famille", déplore Malyun. Lorsqu'elle a grandi et que ses parents ne pouvaient plus la porter, ils ont acheté une brouette et l'ont utilisée pour la pousser aux endroits où elle devait se rendre. Comme elle ne pouvait pas utiliser ses membres inférieurs, c'était aussi un défi pour elle d'aller aux toilettes toute seule. Sa mère avait l'habitude de la tenir pendant qu'elle utilisait les latrines ou la baignait.

Malyun n'a jamais pu aller à l'école voisine car elle n'avait aucun moyen de s'y rendre. Ses parents considéraient qu'il était honteux de la transporter à l'école sur une brouette, car cela ne pouvait que provoquer les moqueries de ses camarades. "J'étais peiné de voir à quel point mon enfant était déprimée d'être ridiculisée et moquée pour quelque chose qu'elle ne pouvait pas contrôler et qu'elle ne voulait pas elle-même", a déclaré avec émotion le père de Malyun.

La rencontre avec HI

Un jour, l'un des membres de l'équipe de réadaptation de HI a entendu parler de Malyun et a décidé de lui rendre visite. Après une évaluation, on lui a donné un tricycle qu'elle utilise pour se rendre d'un endroit à l'autre avec facilité. "J'ai ressenti une joie que je n'avais jamais ressentie dans la vie auparavant lorsque l'idée de me déplacer sans l'aide de mes parents m'a traversé l'esprit", a déclaré Malyun avec un large sourire sur le visage. HI a également pris l'initiative de construire chez elle des toilettes accessibles avec des rails de guidage et des barres de soutien qui lui permettent d'utiliser les toilettes sans l'aide de sa mère.

Pour changer certaines attitudes au sein de la communauté, HI a mené des campagnes de sensibilisation sur le handicap et l'inclusion dans toutes les écoles du camp d'Ifo. En outre, HI a pris l'initiative d'employer des enseignants assistants et des enseignants de proximité qui veillent à ce que tous les enfants handicapés aient accès à l'éducation et ne restent pas à la maison par peur de la discrimination. Malyun est maintenant une élève de 7e année très brillante à l'école primaire Horyaal.

La pandémie de Covid-19

La pandémie de Covid-19 a porté un coup dur à tous les secteurs du pays et le secteur de l'éducation n'a pas été épargné. De la mi-mars 2020 à octobre 2020, les écoles sont restées fermées car le gouvernement a pris des mesures drastiques pour stopper la propagation du virus. Durant cette période, les élèves sont restés à la maison pour assurer leur sécurité. Ils ont dû assister à des cours à la radio.

"Certains cours à la radio sont très ennuyeux, notamment les cours de kiswahili, qui est une langue bantoue", explique Malyun. "Les pannes de réseau sont également un problème car elles perturbent les cours."

Pour surmonter les difficultés supplémentaires causées par Covid-19, Humanity & Inclusion a décidé de mettre en place de nouvelles mesures éducatives et de fournir des tablettes numériques aux étudiants afin qu'ils puissent poursuivre normalement leurs études sans trop de difficultés.

"L'apprentissage sera plus facile et plus agréable avec une tablette", a déclaré un Malyun enthousiaste.

La Mastercard Foundation s'associe à HI pour aider les réfugiés au Kenya

Le programme de rétablissement et de résilience de la Mastercard Foundation face à la COVID-19 a deux objectifs principaux. Premièrement, fournir un soutien d'urgence aux travailleurs de la santé, aux premiers intervenants et aux étudiants. Deuxièmement, renforcer les diverses institutions qui constituent la première ligne de défense contre les conséquences sociales et économiques de cette maladie. Il s'agit notamment des universités, des prestataires de services financiers, des entreprises, des start-ups technologiques, des incubateurs, des agences gouvernementales, des organisations de jeunesse et des organisations non gouvernementales.

Pour en savoir plus sur le programme de rétablissement et de résilience face à la COVID-19 de la Mastercard Foundation, veuillez visiter leur site.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson
© HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

HI aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson

Suite à de terribles inondations et glissements de terrain survenus le 27 juillet 2021, Humanité & Inclusion (HI) aide les plus vulnérables dans les camps de réfugiés Rohingyas du district de Cox’s Bazar.

Léa Bayekula : Ambassadrice HI et para-athlète primée
© Alexandra Bertels / HI
Inclusion

Léa Bayekula : Ambassadrice HI et para-athlète primée

La sportive de haut niveau se spécialise dans l'athlétisme. Elle espère utiliser sa position d'ambassadrice chez Humanité & Inclusion (HI) pour sensibiliser à l'inclusion des personnes handicapées.

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir
© K.Holt / HI
Inclusion Mines et autres armes

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir

Plus de 80 millions de personnes dans le monde sont déplacées de force, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR – déc. 2020)[1].