Go to main content

Haïti : « Les populations isolées en danger »

Urgence
Haïti

Alors que Haiti se remet à peine du passage de l’ouragan Matthew, les conséquences de la catastrophe restent encore incertaines pour une grande partie de la population, toujours isolée et sans accès aux moyens de communication. Point de situation avec Hélène Robin, qui coordonne les opérations d’urgence depuis le siège de Handicap International.

Hélène Robin, qui coordonne les opérations d’urgence depuis le siège de Handicap International

Hélène Robin, qui coordonne les opérations d’urgence depuis le siège de Handicap International | © Brice Blondel / Handicap International

Hélène, quelle est l’évolution de la situation en Haiti ?

Des premières équipes d’évaluation présentes sur place ont pu traverser la rivière La Digue au niveau de Petit Goave et des reconnaissances aériennes ont démarré jeudi après-midi (05/10). Les départements de Grand’Anse et de Sud sont les plus touchés et les images aériennes qui nous sont parvenues confirment malheureusement de plus en plus nos craintes.

Au total, plus d’un million de personnes ont été exposées aux vents les plus violents de l’ouragan. De très fortes précipitations, près de 40 cm en une journée, ont touché les régions des Nippes et l’île de la Gonave, avec toutes les conséquences que l’on peut redouter en termes d’inondations et de glissements de terrain.

 

Des informations remontent-elles du terrain ?

Les premiers témoignages recueillis par nos équipes en Haiti font quant à elles état d’immenses pertes matérielles. Sur l’île aux Vaches (au large de Les Cayes) et sur l’île de la Gonave, les villages côtiers auraient été entièrement détruits par les inondations. La ville de Jérémie a subi d’extrêmes dégâts. Les deux principaux hôpitaux du département de Grand’Anse (Jérémie et Dame-Marie) seraient hors de fonctionnement.

Des centaines de milliers de personnes sont encore coupées du monde et de toute aide humanitaire. Elles doivent être atteintes rapidement car elles sont probablement en manque d’eau potable et n’ont pas de toit pour se protéger des intempéries.

Il y a également d’importants risques d’épidémies et les stocks de médicaments et de matériels de prévention ont probablement été détruits par l’ouragan ou restent inaccessibles pour une grande partie de ces populations.

 

Quelles sont les prochaines étapes pour Handicap International ?

Une équipe d’urgence, venant en renfort aux équipes déjà présentes, devait arriver à Port-au-Prince ce vendredi matin. Elle a pour mission d’évaluer la portée de la catastrophe, d’organiser notre intervention humanitaire immédiate mais également de contribuer aux efforts d’accès aux zones isolées pour l’ensemble des organisations humanitaires.

Il est capital que le plus grand nombre de personnes affectées, particulièrement les personnes les plus vulnérables, aient accès à une aide humanitaire qui répondra à leurs besoins essentiels (nourriture, abris, soins…) et immédiats.

 

FAITES UN DON DÈS MAINTENANT POUR VENIR EN AIDE AUX SINISTRÉS 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Quand je serai grand, je volerai »
© Shumon Ahmed/HI
Réadaptation Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

« Quand je serai grand, je volerai »

Saiful a 7 ans. Il vit dans le camp de réfugiés rohingyas de Kutupalong, dans le sud du Bangladesh. Atteint d’une malformation congénitale, l’enfant a perdu sa jambe droite à deux ans. Avec le soutien de Handicap International, il a reçu une prothèse, marche et va à l’école.  L’enfant adore jouer avec ses amis, et a un rêve : devenir pilote.

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées.

Blessure par balle : un long parcours médical
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

Blessure par balle : un long parcours médical

Une blessure par balle conduit le patient dans un long parcours médical. Après une opération, la rééducation nécessaire pour regagner en mobilité peut prendre des mois, voire des années : une convalescence longue qui engendre une invalidité temporaire et rend le patient inapte au travail. Alaa fait partie de ces centaines de blessés par balle. Suivi par HI, il commence sa rééducation.