Go to main content

Hamza et sa famille ont évité une catastrophe

Mines et autres armes Prévention
Palestine

Parce qu’il avait été sensibilisé au danger des restes explosifs de guerre par Humanité & Inclusion (HI), Hamza a pu à son tour éduquer ses proches aux risques liés à ces armes. Ils ont sans doute évité le pire.

Hamza lors de la journée d'action contre les mines et les restes explosifs de guerre à Gaza

Hamza lors de la journée d'action contre les mines et les restes explosifs de guerre à Gaza | © Tom Shelton / HI

Hamza, 20 ans, est originaire d’un quartier de Gaza qui a été dévasté pendant les combats de l’été 2014. « Quand le pilonnage s’est intensifié, nous nous sommes réfugiés dans un hôpital. Pendant un cessez-le-feu, nous sommes rentrés chez nous pour récupérer des papiers importants. Mais les bombardements ont repris et nous avons trouvé refuge chez un ami », raconte le jeune homme. Deux jours plus tard, lors d’un nouveau cessez-le-feu, son petit frère de 15 ans est retourné dans leur maison qui avait subi des dégâts importants. Il a trouvé des engins non explosés, qu’il a ramassés et entassés dans la salle de bain.

 

L’équipe d’éducation au risque de HI a ensuite fait la connaissance de Hamza dans un groupe de discussion. Elle lui a parlé de la dangerosité des engins non explosés et lui a donné une brochure sur les risques. Hamza poursuit : « Mon père a pris ça très au sérieux et a expliqué à mon frère qu’il était très dangereux de garder ces engins dans la maison. Nous avons appelé la police pour qu’elle vienne les enlever ».

 

Il avait envie d'agir à son tour

Déjà blessé lors du précédent conflit de 2012, Hamza avait suivi des séances de réadaptation et aujourd’hui il va mieux. Mais a encore deux éclats d’obus dans le cerveau et attend une opération. C’est grâce à sa rencontre avec HI que le jeune homme a permis à sa famille d’éviter un accident aux conséquences terribles. Ayant déjoué le sort, Hamza avait envie d’agir à son tour : « J’étudie désormais la réadaptation à base communautaire à l’université », déclare-t-il fièrement.

 

Le 8 avril dernier, Hamza a participé à une journée dédiée à l’action contre les mines et les restes explosifs de guerre, afin de sensibiliser le public aux conséquences dramatiques de ces armes. « Je suis très heureux que les personnes handicapées aient été associées à cet événement, car nous sommes tous égaux face à ces dangers. J’espère que nous pourrons organiser beaucoup d’autres activités à l’avenir », conclut le jeune militant en herbe.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Un avenir prometteur pour Layian
© Abed Al-Rahman Sayma/HI
Inclusion

Un avenir prometteur pour Layian

Layian Ramzy Dokhan est une fillette de neuf ans qui vit avec un handicap depuis l'âge de trois ans. Elle habite Rafah, une ville proche de la frontière égyptienne, une région sujette à de nombreuses incursions militaires. Layian demeure avec trois de ses frères et deux de ses sœurs dans une petite maison aux pièces étroites. Une fois le temps venu d’aller à l’école, on lui a refusé l’admission en raison de son handicap. C’est à ce moment-là qu’Humanité & Inclusion (HI) est entré dans sa vie.

Zena, secouriste volontaire, est touchée par une balle et perd la vue
© HI
Réadaptation Urgence

Zena, secouriste volontaire, est touchée par une balle et perd la vue

Lors des manifestations à Gaza, Zena se rendait sur place pour secourir les blessés. Jusqu’au jour où elle a été touchée par une balle. Ayant perdu l’usage d’un œil, c’est à son tour d’être aidée… : HI lui apporte des soins et un suivi psychologique

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Mines et autres armes Prévention

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. HI protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.