Goto main content

Kenya Camp de réfugiés de Dadaab, l’urgence permanente

Kenya

En juillet 2011, Handicap International lançait des opérations d’urgence à l’Est du Kenya pour répondre à l’afflux massif de réfugiés venus de Somalie. Poussés par la sécheresse et la famine qui sévissait dans la Corne de l’Afrique, des centaines de milliers de personnes venaient remplir le camp de Dadaab qui en accueillant 450 000 personnes devenait le plus grand camp de réfugiés au monde. Toujours présente sur place, Handicap International est venue en aide à 12 000 personnes en 2015.

Un enfant handicapé fait un puzzle pendant une séance de développement psychomoteur

Un enfant handicapé fait un puzzle pendant une séance de développement psychomoteur | © Handicap International

Handicap International intervenait depuis déjà 5 ans à Dadaab quand est survenue cette nouvelle crise. L’organisation a rapidement mis en place des équipes mobiles pour recenser les personnes handicapées, les aiguiller vers les services de base existants et s’assurer qu’elles recevaient bien l’aide dont elles avaient besoin. Trois relais Handicap et Vulnérabilité pouvaient les accueillir pour fournir soins en réadaptation, conseils, exercices pratiques, et distribuer béquilles, fauteuils roulant, etc.

Depuis plus de trois ans, l’association forme des réfugiés afin qu’ils puissent mener des séances de kinésithérapie et reproduire les gestes de base sur les patients sur leur lieu de vie. Elle sensibilise les organisations humanitaires aux droits et besoins des personnes handicapées et leur apporte un appui technique pour qu’elles mènent des actions  qui prennent en compte la situation des personnes handicapées. Il s’agit par exemple de s’assurer que les latrines ou les rampes de distribution d’eau soient à la portée des personnes en fauteuil roulant. Elle lutte également contre les violences faites aux personnes handicapées en recensant les incidents et en assurant un suivi des victimes à la fois juridique, psychologique et médical.

Handicap International reste toujours impliquée auprès des enfants handicapés pour lesquels elle conduit des activités ludiques, comme assembler des lego, faire un puzzle, déposer des objets dans seau, etc., exercices qui favorisent leur développement psychomoteur.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.

Accéder à l'éducation, contre vents et marées
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Accéder à l'éducation, contre vents et marées

Kassim Mohammed, 14 ans, est un réfugié somalien qui vit dans le camp de Dagahaley à Daadab, au Kenya. Sa vie quotidienne n'est pas toujours facile, mais Kassim est également confronté à une situation différente de celle des autres réfugiés de son âge, car il est malvoyant et souffre d'un handicap à une jambe ! Malgré cela, Kassim fait preuve de détermination et va tous les jours à l'école, où il est maintenant en septième année.

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés

Lulachi Imani, 29 ans, vit avec sa mère et ses cinq frères et sœurs dans le camp de réfugiés de Kakuma, dans le nord du Kenya. Originaire de la République démocratique du Congo, elle a dû fuir le pays en raison de nombreux raids contre sa tribu. Malheureusement, au cours de son voyage, elle a été impliquée dans un accident de la route qui a provoqué une lésion de la moelle épinière, paralysant ses deux jambes.