Accès direct au contenu

“Le traitement était trop cher : elle ne pourra plus marcher”

Réadaptation Santé
Liban

Bayan, originaire d’Alep en Syrie, est atteinte de paralysie cérébrale. Grâce à HI, l’enfant bénéficie pour la première fois de séances de réhabilitation.  

Bayan en séance d’orthophonie au centre de réhabilitation Mousawat

Bayan en séance d’orthophonie au centre de réhabilitation Mousawat | © Oriane van den Broeck / HI

Bayan, âgée de 13 ans, est l’ainée de 5 enfants. Elle est atteinte de de paralysie cérébrale comme deux de ses frères. Il y a 2 ans, la famille a fui la guerre en Syrie pour s’installer dans la vallée de Bekaa, au Liban.

Accès à la rééducation 

Grâce à HI, les séances de rééducation des enfants sont entièrement couvertes. Avant cette aide financière, la famille n’avait pas les moyens de les payer. 
“Le plus important pour mes enfants, c’est la physiothérapie. Sans ça, leur condition ne peut que se dégrader année après année. C’est la première fois que Bayan bénéficie de ce type de traitement. On ne pouvait pas se permettre les séances. Malheureusement, aujourd’hui elle a perdu la capacité de marcher de manière irréversible”, confie Aïsha, la mère de Bayan. Les 3 enfants sont suivis par l’équipe entière du centre de réhabilitation et un progrès croissant est déjà visible chez chacun d’entre eux.

Soutenir les enfants et leurs parents 

La mère de Bayan, ainsi que ses 3 enfants tous atteints de paralysie cérébrale, bénéficient de sessions de psychothérapie. Un groupe d’entraide a aussi été formé pour que les mères puissent se soutenir mutuellement face aux défis quotidiens. 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI sous le choc devant l’ampleur des besoins de réadaptation à Beyrouth
© Anwar AMRO / AFP
Urgence

HI sous le choc devant l’ampleur des besoins de réadaptation à Beyrouth

Les blessures provoquées par les énormes explosions qui se sont produites mardi à Beyrouth comprennent des brûlures, des fractures et des amputations, en plus des milliers de blessures mineures et majeures causées par le verre brisé. 500 personnes auront probablement besoin d'une rééducation physique pour se rétablir.

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de HI.
© Mikhail Alaeddin / Sputnik /AFP PHOTO
Urgence

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de HI.

Les scènes de dévastation qui ont suivi une énorme explosion à Beyrouth ne laissent aucun doute quant aux besoins immédiats et urgents des plus de 4 000 personnes blessées. L'équipe d'experts de Humanité & Inclusion (HI) déjà basée dans le pays est prête à ceux qui en ont besoin.

Madame Dhahobo, réfugiée et handicapée, ne laissera pas passer le virus !
© HI
Prévention Réadaptation

Madame Dhahobo, réfugiée et handicapée, ne laissera pas passer le virus !

Au Kenya, Humanité & Inclusion (HI) apprend aux plus vulnérables dont les personnes handicapées comme Madame Dhahobo à se protéger contre la COVID-19.