Goto main content

Les premiers pas d’Amira

Secourir les déplacés/réfugiés
Irak

Amira a 11 ans. Au mois de mars 2017, elle a été victime d’un bombardement à Mossoul et souffre depuis d’une fracture à la jambe. Elle vit dans le camp de déplacés de Hasansham avec sa famille, où elle reçoit des soins de réadaptation de la part de Handicap International (HI). 

Amira a 11 ans. Au mois de mars 2017, elle a été victime d’un bombardement à Mossoul et souffre depuis d’une fracture à la jambe. | © E. Fourt / Handicap International

Allongée sur un matelas, Amira est immobile et ne parle pas. Elle ne bouge que brièvement que pour chasser les mouches, qui volent au-dessus de sa tête en intermittence. Lorsque Mohammad, physiothérapeute de Handicap International lui rend visite pour une séance de réadaptation, elle garde les yeux fermés, refusant d’abord de lui parler. Il faudra plusieurs minutes pour que Mohammad parvienne à la tranquiliser et gagner sa confiance. « Je rencontre beaucoup d’enfants comme Amira », explique Mohammad. « Certains sont encore très traumatisés par les évènements qu’ils ont vécu au cours des dernières années. D’autres souffrent tout simplement de leurs blessures et on peur de la douleur que pourraient causer les exercices de physiothérapie. Les premières sessions représentent la partie la plus cruciale de mon travail : il faut que ces enfants puissent voir un allié en moi. Quelqu’un qui va les aider à se rétablir avec le temps. »

Amira ouvre finalement les yeux. Un sourire timide apparait alors sur son visage. Mohammad réussi à la convaincre de faire quelques mouvements, pour évaluer la gravité de son cas. Les premiers exercices sont difficiles pour elle, sa jambe la fait encore beaucoup souffrir. « Elle devrait déjà être rétablie depuis longtemps », explique le professionnel de l’association. « Une fracture à la jambe ne met pas autant de temps à guérir… Mais Amira ne peut même pas marcher. Le fait qu’elle n’ait pas été soignée correctement et pendant aussi longtemps a considérablement empiré son cas. »

 

« Nous étions assiégés »

Si Amira a été blessée en mars, elle n’a pas pu être traitée correctement qu’à partir de son arrivée dans le camp, au début du mois de juin. Hamid, son père, raconte : « Nous étions chez nous quand un missile s’est abbatu sur notre maison. Un mur est tombé sur Amira, qui a été gravement blessée. On nous a emmenés à l’hôpital de Mossoul où nous avons séjourné quelques jours, mais les soins y étaient très sommaires. Ensuite, nous sommes restés dans la ville pendant encore trois mois. Nous étions assiégés, nous ne pouvions pas nous échapper. Nous vivions tous dans une petite salle, sans eau et sans nourriture, en attendant de pouvoir fuir… Imaginez vous, trois mois comme ça… »

Hamid interrompt son récit pour aider sa fille. Avec l’aide de Mohammad, il soutient Amira alors qu’elle se met debout et tente de marcher avec les béquilles que lui a donné l’association. « C’est la deuxième fois en trois mois qu’elle se tient sur ses deux jambes », explique-t-il. Mohammad commente : « Les muscles et les tendons d’Amira sont encore très affectés. Et elle souffre désormais d’une déformité importante au niveau du pied. Mais nous allons continuer les exercices pour qu’elle puisse remarcher. D’abord avec ces béquilles, puis, avec le temps, sans aide à la mobilité. »

Alors que la session touche à sa fin, le physiothérapeute ajoute : « Je vais également demander à mon collègue psychologue de rencontrer Amira. Il est essentiel qu’elle dépasse ses peurs et que ses proches comprennent l’importance du soutien qu’ils peuvent lui apporter pour faciliter sa réadaptation. » Amira se réassied sur son matelas et demande à Mohamad : « Et toi, quand est-ce que tu reviendras me voir pour une session ? »

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson
© HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

HI aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson

Suite à de terribles inondations et glissements de terrain survenus le 27 juillet 2021, Humanité & Inclusion (HI) aide les plus vulnérables dans les camps de réfugiés Rohingyas du district de Cox’s Bazar.

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.

Accéder à l'éducation, contre vents et marées
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Accéder à l'éducation, contre vents et marées

Kassim Mohammed, 14 ans, est un réfugié somalien qui vit dans le camp de Dagahaley à Daadab, au Kenya. Sa vie quotidienne n'est pas toujours facile, mais Kassim est également confronté à une situation différente de celle des autres réfugiés de son âge, car il est malvoyant et souffre d'un handicap à une jambe ! Malgré cela, Kassim fait preuve de détermination et va tous les jours à l'école, où il est maintenant en septième année.