Goto main content

Madame Dhahobo, réfugiée et handicapée, ne laissera pas passer le virus !

Prévention Réadaptation
Kenya

Au Kenya, Humanité & Inclusion (HI) apprend aux plus vulnérables dont les personnes handicapées comme Madame Dhahobo à se protéger contre la COVID-19.

 

Stella, la physiothérapeute HI, rend visite à madame Dhahabo

Stella, la physiothérapeute HI, rend visite à Madame Dhahabo | © HI

Madame Dhahabao vit dans un camp de réfugiés. La pandémie de COVID-19 l’angoisse beaucoup. À 70 ans, avec une mobilité réduite, elle fait partie des personnes les plus à risque. HI la rassure et lui apprend le lavage des mains et le port du masque.

Aujourd’hui, nous visitons le village 3 du camp de Kalobeyei pour former nos patients à la prévention de la COVID-19. Nous sommes chez Mama Dhahabo, une dame réfugiée, âgée de 70 ans, qui souffre d'une lésion de la moelle épinière suite à un accident de la route. Nous la suivons régulièrement pour ses séances de rééducation », explique Stella, agent de réadaptation chez HI.

La vie n’a pas épargné Madame Dhahabo. Seulement six de ses huit enfants sont encore en vie. Elle vit dans le camp de réfugiés de Kalobeyei avec deux d’entre eux et est séparée des quatre autres : deux d'entre eux vivent à Nairobi au Kenya et deux autres en Éthiopie.

Elle vit dans une maison « semi-permanente », faite de murs en boue séchée et de bâches en plastique, avec deux de ses petits-enfants et sa fille malentendante.

Madame Dhahabo fait partie des personnes les plus exposées à la COVID-19


Madame Dhahabo souffre d’une parésie des membres inférieurs. Elle n’a plus de force musculaire dans les jambes et n’est plus autonome pour effectuer les activités de la vie quotidienne. Impossible pour elle de marcher plus de quelques mètres avec des béquilles.

Pour ses déplacements, notamment à l’extérieur du camp ou sur de longues distances, elle dépend entièrement du tricycle adapté que lui a fourni HI.

Madame Dhahabo, à cause de son âge, fait partie des personnes les plus à risque face à la COVID-19, c’est pourquoi elle bénéficie aujourd’hui d’une séance personnelle de prévention pour lui apprendre à se protéger du virus.

« Selon le programme prévu, nous allons apprendre les techniques de lavage des mains, la pose et le retrait du masque, l'importance de la distanciation sociale et de l’hygiène générale. Et nous allons aussi apprendre à Mme Dhahabo et à sa famille à nettoyer ses béquilles et son tricycle pour une bonne protection face au virus », poursuit Stella.

« Mon petit-fils aîné a également appris à m'aider à nettoyer mon tricycle »

 

«Je suis heureuse que l’équipe de HI soit venue chez moi aujourd'hui. Ils m'ont appris beaucoup de choses. J'ai appris de nombreuses façons de me protéger et de protéger ma famille contre la COVID-19 et j’ai reçu des masques. Nous nous sommes entraînés à nous laver les mains avec de l'eau et du savon, ainsi qu'à porter et à enlever le masque.»

Mon petit-fils aîné a également appris à m'aider à nettoyer le tricycle. Ce sont de bonnes leçons car elles améliorent notre hygiène, et pas seulement concernant le coronavirus, mais aussi contre les autres maladies comme le choléra. Nous avons aussi reçu du savon du centre de distribution alimentaire », explique Madame Dhahabo.

J'ai beaucoup de craintes parce que je suis âgée et malade

La première fois que j'ai entendu parler du Coronavirus, c'était à la radio, puis avec l’équipe HI. J'ai aussi vu sur le téléphone portable de ma fille comment le virus se répandait en Chine. J'ai beaucoup de craintes parce que je suis âgée et malade et que ce virus tue vraiment beaucoup de gens.

De nombreuses personnes dans le camp sont également incertaines de ce qui va se passer ensuite. Je sais que c’est très important de me protéger car j'ai entendu dire que la maladie se propage facilement et je ne veux pas qu'elle arrive ici. Je dois me protéger car je ne peux pas dire qui l'a et qui ne l'a pas ici ; c'est pourquoi j’essaye de suivre ce que l'on nous enseigne et les directives du gouvernement.

Avec l’arrivée du virus, toutes les écoles ont été fermées. Nous restons enfermés chez nous avec les enfants. Nous sommes également obligés de porter des masques lorsque nous allons au marché.

HI continue à venir pour les séances de rééducation pour que je puisse faire mes exercices. Pendant nos séances, on nous donne un masque et le personnel de HI en porte également. Je tiens à remercier HI de continuer à s’occuper des personnes handicapées malgré la pandémie », raconte Madame Dhahabo.

Quand la COVID-19 ne sera plus là…

Maintenant que nous sommes habitués à nous laver les mains, la vie sera meilleure car nous n'attraperons plus les autres maladies apportées par la saleté, comme le choléra, par exemple.

Quand le Coronavirus ne sera plus là, je serai heureuse de retrouver tous mes amis, sans masque ! J'ai hâte d'aller au marché et de rendre visite à mes amis avec mon tricycle. J'ai aussi hâte que mes petits-enfants puissent enfin retourner à l'école et continuer à apprendre ,conclut Madame Dhahabo de façon très positive.

 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

La famine persistante menace le développement de l'enfant
©S. Bonnet / HI – Archives 2007
Réadaptation Urgence

La famine persistante menace le développement de l'enfant

Alors que l’insécurité alimentaire s'aggrave à Madagascar, Humanité & Inclusion (HI) utilise la thérapie de stimulation pour prévenir les handicaps à long terme chez les enfants souffrant de malnutrition.

La crise humanitaire s’aggrave dans la région du Tigré
© HI
Réadaptation Urgence

La crise humanitaire s’aggrave dans la région du Tigré

Plus d'un million de personnes en Éthiopie souffrent au milieu d'une crise violente. Les équipes de Humanité & Inclusion (HI) arrivent sur place pour apporter aide et soutien aux personnes les plus touchées.

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.