Goto main content

Près d’un million de réfugiés rohingyas au Bangladesh

Secourir les déplacés/réfugiés
Bangladesh

Depuis août 2017, plus de 700 000 rohingyas ont fui le Myanmar et se sont réfugiés au Bangladesh dans le district de Cox’s Bazar. HI est venue en aide à plus de 30 000 personnes.

 L'équipe de HI rentre dans le camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh.

L'équipe de HI rentre dans le camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh. | © HI

Interview de Jean-Loup Gouot, directeur de HI au Bangladesh

Quelles activités d’urgence ont été menées par HI ?

HI est venue en aide à plus de 30 000 réfugiés dans les camps de Kutupalong, Balukhali, Unchiprang et Nayapara depuis septembre 2017. Nous avons mené des séances de réadaptation auprès de plus de 8000 personnes blessées, à mobilité réduite ou handicapées, leur avons apporté un soutien psychologique et avons organisé des activités ludiques pour les enfants. Nous avons aussi distribué des béquilles, chaises roulantes, etc., des kits d’hygiène, des ustensiles de cuisine, des couvertures, et des rations alimentaires. Enfin, nous avons mobilisé une flotte de 340 camions afin de favoriser le stockage et l’acheminement du matériel humanitaire de HI et d’autres organisations humanitaires, notamment grâce à la mise en place de deux plateformes logistiques.

Les conditions de vie des réfugiés rohingyas se sont-elles améliorées ?

Plus de 900 000 rohingyas sont aujourd’hui réfugiés au Bangladesh. Manque d’accès aux soins de santé, à l’alimentation, à l’eau potable et à l’éducation : les réfugiés rohingyas sont toujours très dépendants de l’aide humanitaire et leurs conditions de vie sont difficiles.

De plus, on observe un regain de tensions entre les populations locales et les réfugiés face au manque d’accès aux services de base (soins de santé, éducation, etc.), et au partage des ressources naturelles qui sont déjà limitées. La situation reste toujours critique, et si la phase d’urgence tend à se stabiliser, elle évolue progressivement vers une crise ‘chronique’.

Quelle est la priorité pour HI actuellement ?

Permettre à toutes les personnes vulnérables d’avoir accès aux soins de réadaptation, à un soutien psychologique et aux services de base (soins de santé, etc.). Permettre également à tous les enfants[1], handicapés ou non, d’avoir accès à l’éducation. HI soutient une trentaine d’écoles, forme les enseignants, rend les établissements accessibles à tous (en installant par exemple des rampes), et sensibilise les familles pour qu’elles envoient leurs enfants à l’école. Grâce à ce projet, environ 500 enfants handicapés sont aujourd’hui scolarisés.

Chiffres clédepuis août

Camps de réfugiés où HI intervient : Kutupalong, Balukhali, Unchiprang, Nayapara

  • HI a aidé plus de 24000 personnes depuis le début de la crise ont suivi des séances de réadaptation
  • 8500 personnes ont bénéficié de séances de soutien psychosocial (chaises roulantes, déambulateurs, béquilles, etc.) ont été distribuées
  • 2 centres de stockage de matériel humanitaire ont été mis à disposition ainsi qu’une flotte de 346 camions acheminant plus de 6300 m3 de matériel humanitaire de HI et d’autres organisations
  • 1000 kit d’hygiène(plus de 4000 bénéficiaires), 5000 rations alimentaires [3] (plus de 24000 bénéficiaires) et plus de 900>[4] kits logement ont été distribués

HI sur le terrain

Outre notre appui constant a la délivrance de soins de réadaptation fonctionnelle, de support psychosocial et besoins de de bases des populations vulnérables, le fait de permettre à tous les enfants – en situation de handicap ou non - d’avoir accès à l’éducation demeure essentiel.


 

[2] 4950 bénéficiaires

[3]24995 bénéficiaires

[4] 969 kits

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.

Accéder à l'éducation, contre vents et marées
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Accéder à l'éducation, contre vents et marées

Kassim Mohammed, 14 ans, est un réfugié somalien qui vit dans le camp de Dagahaley à Daadab, au Kenya. Sa vie quotidienne n'est pas toujours facile, mais Kassim est également confronté à une situation différente de celle des autres réfugiés de son âge, car il est malvoyant et souffre d'un handicap à une jambe ! Malgré cela, Kassim fait preuve de détermination et va tous les jours à l'école, où il est maintenant en septième année.

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés

Lulachi Imani, 29 ans, vit avec sa mère et ses cinq frères et sœurs dans le camp de réfugiés de Kakuma, dans le nord du Kenya. Originaire de la République démocratique du Congo, elle a dû fuir le pays en raison de nombreux raids contre sa tribu. Malheureusement, au cours de son voyage, elle a été impliquée dans un accident de la route qui a provoqué une lésion de la moelle épinière, paralysant ses deux jambes.